Problématique d’eau potable : les travaux correctifs commencent

Par Jean-Christophe Beaulieu 12:00 AM - 28 juin 2018
Temps de lecture :

Une rencontre entre le ministère de l’Environnement et la Ville de Sept-Îles a eu lieu pour faire le point sur le dossier de l’eau potable de la municipalité. Les contrats ont été octroyés à des  entreprises pour procéder aux correctifs.

Dans l’audit rendu public en mars dernier, on apprenait que plusieurs éléments étaient problématiques à l’usine de traitement de l’eau potable. La firme Tetra Tech ne pouvait confirmer si les taux d’élimination des virus et parasites étaient toujours atteints et recommandait plusieurs travaux correctifs pour rétablir la qualité de l’eau potable.

À la dernière séance du conseil municipal, la Ville a mentionné que les contrats viennent d’être octroyés à Veolia et Filtrum pour procéder aux travaux.

«Il y a une partie des éléments identifiés comme problématique que l’on pouvait corriger nous-mêmes, comme changer l’endroit où le chlore est injecté dans le système. Pour le reste, on souhaite évidemment que ça soit complété le plus rapidement possible», a affirmé Patrick Gwilliam, sans toutefois pouvoir préciser l’échéancier des travaux.

C’est Filtrum construction qui effectuera les travaux quant aux données de filtrage et de désinfection pour 86 800 $. L’entreprise Veolia entreprendra les travaux correctifs sur les logiciels automatisés de l’usine d’eau.

Certificat de conformité

Une fois les travaux correctifs réalisés, un audit supplémentaire devra être réalisé pour confirmer si la situation est rétablie à l’usine de traitement de l’eau potable. C’est par la suite que la Ville pourrait obtenir son certificat de conformité du ministère de l’Environnement, prouvant qu’elle respecte le règlement sur la qualité de l’eau potable.

«On a récemment eu une rencontre avec le ministère de l’Environnement, où l’on a eu des échanges quant à l’eau potable dans la municipalité. On a convenu avec eux que si le dossier retarde, c’est parce que les étapes doivent être bien faites», a dit Réjean Porlier, lors de la séance du conseil municipal.

«On est suivi de près par le ministère dans ce dossier et on s’assurera d’amener les correctifs dans les meilleurs délais», a ajouté le maire.

Qualité de l’eau potable

Il a aussi été question du dossier adjacent à l’audit, soit la problématique des trihalométhanes (THM) et des acides haloacétiques (AHA), deux éléments pour lesquels la Ville a de la difficulté à respecter la norme. «Le processus avance, on a proposé des solutions à notre rencontre avec le ministère de l’Environnement. En fait, on a trouvé des solutions à déploiement plus rapide que ce que notre consultant nous proposait», explique M. Gwilliam.

Initialement, la municipalité envisageait attendre à l’année prochaine pour changer les vieux filtres au sable anthracite, qui sont peu efficaces pour les THM. La nouvelle solution envisagée permettrait de réduire les taux de THM tout juste sous la norme. Elle devrait être effective d’ici deux mois.

«On est conscient que ça ne laisse pas vraiment de marge de manœuvre et que ça ne règle pas l’ensemble du problème, mais ça va suffisamment réduire les taux à court terme. Pour ce qui est de la marge de manœuvre que l’on souhaite avoir, on a convenu avec le ministère que l’on travaillerait là-dessus l’année prochaine», laisse entendre le directeur général de la municipalité.

 

 

 

 

Partager cet article