Lac Bloom : le premier chargement de minerai est en direction de Sept-Îles

Par Emy-Jane Déry 12:00 AM - 22 février 2018
Temps de lecture :

Michael O’Keeffe PDG de Minerai de fer Québec et de Champion, retirant une étiquette de Cliffs d’un véhicule, lors d’une visite du lac Bloom.

Le premier chargement de concentré de minerai de fer en provenance du lac Bloom depuis la faillite de Cliffs en 2014 se dirige, jeudi, vers Sept-Îles. Le projet de relance de la mine de 326,8 millions $ «ouvre une nouvelle ère de prospérité sur la Côte-Nord», estime Champion Iron Mines.  

Sur les dépenses en capital engendré pour redémarrer la mine du lac Bloom, on compte 157,2 millions $ uniquement pour des améliorations. L’optimisation du circuit de séparation permet de favoriser le taux de récupération du minerai. C’est le principal secret de la réussite de la relance de la mine.

«C’était une des raisons à la mine de fer du lac Bloom de pourquoi les coûts d’opérations étaient si élevés. Il y avait 13% du fer que nous allons récupérer, qui auparavant, était directement envoyé au parc à résidu. Ça ne permettait pas de bénéficier des revenus de ce fer-là», a expliqué David Cataford, chef de l’exploitation de la mine du lac Bloom.

L’acquisition des installations de la Pointe-Noire par Québec y est aussi pour beaucoup. Grâce à l’accès au quai multiusager, l’acheminement du minerai de fer se fera à des coûts moins importants que par le passé.

Ce sont 16 500 tonnes métriques d’une teneur de 66% qui sont envoyées de Fermont vers Sept-Îles, jeudi, pour expédition. Ce premier chargement sera stocké à Pointe-Noire en attendant l’arrivée du premier navire qui viendra, fin mars, les récupérer via le quai multiusager. Minerai de fer Québec prévoit maintenir le rythme de production à un train par jour. La production visée en 2018 est de 6 millions de tonnes. On espère éventuellement atteindre une production annuelle de 7,5 millions de tonnes.

La production est déjà vendue à deux groupes. Dans l’avenir, Minerai de fer Québec devra surtout s’assurer de maintenir la qualité de son produit pour obtenir les primes engendrées sur le marché par la haute pureté du fer.

Au-delà des attentes

Déjà, les attentes fixées par les dirigeants, lors de la décision de relancer la mine en novembre, sont dépassées.

«Non seulement nous respectons l’échéancier et le budget prévus, mais étant donné que les prix actuels du minerai de fer de 78$ US par tonne métrique pour une teneur de 62% Fe sont substantiellement plus élevés que les estimations de 56$ US par tonne métrique que nous avons utilisées dans notre planification, nous dépassons déjà les prévisions. C’est un résultat remarquable», a indiqué Michael O’Keeffe, président exécutif du conseil et PDG de Minerai de fer Québec et de Champion.

Encore en recrutement

Déjà plus de 400 travailleurs sont en action à la mine. Ultimement, ils seront 450. On y retrouve des professionnels du secteur minier, des employés de soutien et des entrepreneurs. Minerai de Fer Québec est d’ailleurs en pleine campagne de recrutement à Sept-Îles.

«On fait des soirées à Sept-Îles pour être en mesure de maximiser le recrutement local», a dit David Cataford.

Il reste donc une cinquantaine de postes à combler. Sur les 400 personnes déjà embauchées, environ 15% proviennent de la Côte-Nord.

«Il faut dire que nous étions liés par notre liste de rappel au début du projet. Nous devions rappeler les anciens travailleurs. Depuis qu’elle est terminée, nous tentons d’axer sur l’embauche locale», a précisé M. Cataford.

Champion Iron Mines a acquis la mine de Cliffs via sa filiale Minerai de fer Québec pour 10,5 millions $ en 2016. Cliffs l’avait payé 4,9 milliards$. Le gouvernement du Québec détient 36,8% de Minerai de fer Québec.

 

La mine du lac Bloom en chiffres

 

411,7 millions de tonnes de réserve de minerai

 

15,1 milliards$ CA de revenus estimés sur 20 ans

 

450 emplois directs

 

735 wagons spécialisés pour le transport du minerai de fer

 

31,9 km de chemin de fer

 

 

 

Partager cet article