Pointe-Noire : Investissements de 100 millions $ pour l’an 1

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 12 juillet 2016
Temps de lecture :

Les installations de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire.

En plus d’avoir mis la main sur les actifs stratégiques de Pointe-Noire pour 66,75 millions $, Québec a budgété un montant de 33,5 millions $ pour la première année d’exploitation du site, qui doit être remis sur les rails d’ici la fin de l’été.

D’ici un an, c’est donc dire que l’État devrait avoir investi un peu plus de 100 millions $ pour les installations minières acquises en mars, dans le cadre de la liquidation légale de Cliffs Natural Resources. Pour Québec, l’arrêt des activités du géant américain était synonyme d’une occasion à ne pas rater pour désenclaver pour de bon, ce secteur stratégique au déploiement du Plan Nord.

«L’objectif du gouvernement, c’était de s’assurer que ces équipements-là deviennent multiusagers pour l’ensemble des projets miniers qu’on risque de voir se réaliser au cours des prochaines années», a expliqué le président-directeur général de la Société du Plan Nord, Robert Sauvé. «On ne voulait plus ce goulot d’étranglement vers le port», a-t-il poursuivi.

Frais d’exploitation

En 2016-2017, la Société du Plan Nord, qui doit devenir propriétaire de la Société ferroviaire et portuaire de la Pointe-Noire, allongera 18,5 millions $ pour couvrir les frais d’exploitation de la première année. Une facture qui comprend notamment le droit de mutation à la Ville de Sept-Îles, les frais relatifs à l’achat des infrastructures, mais aussi les activités de redémarrage des actifs.

L’État cherche par ailleurs à réactiver le permis d’exploitation du chemin de fer Arnaud, qui relie le tracé de QNS&L à la Pointe-Noire. «Ça fait partie des dépenses», indique M. Sauvé. «C’était impensable de générer suffisamment de revenus pour couvrir les frais d’opération de la première année. C’est pour ça qu’on a mis un fonds de roulement dans cagnotte».

Branchement au quai multiusager

Québec a aussi prévu un coussin de 15 millions $ pour construire, entre autres, un convoyeur pour rejoindre le nouveau quai multiusager. L’infrastructure du Port de Sept-Îles, livrée en octobre aux coûts de 220 millions $, n’a toujours pas servi même si cinq compagnies minières en ont payé la moitié. Ces joueurs auront néanmoins besoin d’utiliser les installations de Québec pour atteindre le quai, au moment opportun.

«Le quai devra nécessairement se connecter aux installations de Pointe-Noire, on a mis une provision qui nous permet de réaliser ces travaux-là», souligne M. Sauvé. Selon le Port, est du ressort de ses partenaires de brancher leurs équipements au quai, mais déjà, des différends se profilent. «Nous, on attend le résultat de ces négociations-là», rappelle le PDG.

«On verra à l’issu de ces discussions qui mettra quoi et combien», prévient M. Sauvé. «Mais on sait aussi qu’il y aura aussi plein d’investissements à faire dans les actifs de Pointe-Noire pour en améliorer leur capacité (…) Le 15 millions $, c’est une provision pour nous permettre de rendre le site en opération dans les meilleures conditions et les meilleurs délais possible».

Générer des revenus

Québec espère d’ici l’an prochain arriver à générer des revenus de l’exploitation du site grâce à un partenariat avec des compagnies privées, via une société en commandite, qui voudront utiliser les équipements. «On a des discussions avec un certain nombre d’entreprises qui ont manifesté l’intérêt, plusieurs entreprises», affirme M. Sauvé.

Pour l’heure, la teneur des négociations demeure confidentielle, mais la Société du Plan Nord entend mettre sur pied un modèle d’affaires qui sera flexible, avec «des partenaires sérieux». «Ce sera ouvert parce qu’il a des joueurs qui ont des projets dans les cartons. Si dans cinq ans, une entreprise veut devenir propriétaire, ce sera possible», assure-t-il.

La Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire, qui regroupe les actifs achetés de Cliffs, est actuellement propriété d’Investissement Québec, mais sera transférée à la Société du Plan Nord.

Prévisions budgétaires 2016-2017 pour la Société du Plan Nord 

  • 66,75 millions $ pour l’acquisition des installations
  • 15 millions $ pour l’installation d’un convoyeur
  • 18,5 millions $ pour les frais d’exploitation de l’an 1

 

Partager cet article