Kim Churchill Un virtuose de la guitare débarque en ville

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 04 septembre 2012
Temps de lecture :
hockey québec

C’est en mai dernier que Kim Churchill lançait sur le marché son deuxième album ayant pour titre «Detail of distance». Un disque qui amène ce jeune virtuose de la guitare à se promener, depuis le 6 juin dernier, partout au Canada. La Côte-Nord n’y fait pas exception puisqu’il se produira deux soirs au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, soit les 6 et 7 septembre à 20h.

Même s’il n’est âgé que de 21 ans, Kim Churchill est déjà un véritable prodige de la guitare, un instrument dont il joue depuis l’âge de quatre ans et qu’il a découvert grâce à sa mère. Son père remarque rapidement son talent et l’inscrit deux ans plus tard à un cours de guitare classique. Churchill se souvient très bien avoir détesté suivre ces cours. Il s’y est toutefois grandement investi, car son père lui avait promis que s’il obtenait un A, il lui achèterait une nouvelle guitare Fender.

Ce sont donc des années intensives de pratique qui font de Kim Churchill un virtuose de la guitare à un aussi jeune âge. Le musicien écrit également tous ces textes et ceux-ci surprennent aussi à bien des égards, car ils ne représentent en rien les préoccupations d’un homme de son âge. Sur ce point, l’artiste se décrit lui-même comme étant un jeune corps dans une vieille âme. De plus, à l’écoute de sa musique, il est difficile d’avoir en tête l’image d’un jeune surfeur et c’est pourtant bien là l’image que dégage Kim Churchill, dont l’idole est Bob Marley.

Sa visite sur la Côte-Nord s’explique par le fait que le directeur du Graffiti, Yves Desrosiers, a eu la chance de le découvrir sur scène, en février 2012, grâce à une vitrine off rideau au Palais Montcalm de Québec. C’est alors qu’il a su qu’il se devait de le faire découvrir aux Nord-Côtiers, car il a été grandement surpris par la prestation alors offerte par le jeune artiste. «Je n’en suis pas revenu de voir un phénomène comme ça. Je n’ai rien vu qui s’y approche. Il est seul sur scène et, en fermant les yeux, on a l’impression d’entendre un groupe. Il est définitivement un virtuose», affirme-t-il d’une voix enjouée.

«Mes employés et moi avons également eu la chance de le voir sur scène en juillet lors d’une virée en Gaspésie que nous avons effectuée à la fin juillet. La prestation qu’il a alors offert à la vieille usine de l’Anse-à-Beaufils nous a énormément plu et je me permets maintenant de mentionner dans notre publicité que huit employés du Graffiti vous suggèrent d’y assister», ajoute Yves Desrosiers sur le ton de l’anecdote. Force est de constater qu’il a vu juste, car la représentation du 7 septembre affiche déjà complet, alors que celle prévue le 6 septembre a vendu, au moment de la rédaction de ce texte, un peu plus d’une centaine de billets.

Photo : Kim Churchill est un musicien fort talentueux que vous aurez la chance de découvrir au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier les 6 et 7 septembre. Lors de son spectacle, il y présentera l’intégralité de son plus récent disque «Detail of distance» lancé en mai 2012. (Photo : ROSEQ)

Partager cet article