Le Camille-Marcoux en cale sèche dès mai 2012

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 11 novembre 2011
Temps de lecture :

La Société des traversiers du Québec (STQ) annonce qu’à la suite du processus d’appel d’offres public, qui s’est terminé le 24 octobre, le contrat pour des travaux en cale sèche du N.M. Camille-Marcoux a été octroyé le 4 novembre au chantier maritime Irving Shipbuilding Inc. de Halifax, au coût de 1 924 192 $ (excluant les frais de déplacement en carburant de 82 218 $).

Construit en 1974, le N.M. Camille-Marcoux nécessite des travaux importants d’inspection, de réparations et de remplacement de certaines de ses composantes, notamment un nouveau propulseur d’étrave qui devra être installé. De plus, les arbres porte-hélices et les réservoirs feront l’objet d’inspection. Le navire entrera en cale sèche au chantier de Shelbourne en Nouvelle-Écosse, une division d’Irving Shipbuilding Inc., du 1er au 22 mai 2012.

Autre soumissionnaire

Le deuxième soumissionnaire, Verreault Navigation Inc. situé à Les Méchins, quant à lui, a soumis une offre de 2 258 679 $ (excluant les frais de déplacement en carburant de 4 326 $). Rappelons que la STQ est soumise au Règlement sur les contrats de service des organismes publics et se doit d’adjuger le contrat au fournisseur conforme qui a soumis le prix le plus bas.

Cet appel d’offres public fait suite au précédent appel d’offres lancé du 29 mars au 15 avril 2011. Lors de ce dernier, le seul soumissionnaire, Verreault Navigation, n’avait pu se qualifier en raison de son offre trop élevée par rapport aux coûts estimés par les experts de la STQ. À ce titre, l’évaluation de la STQ était de 1,2 M $ alors que la soumission déposée était de 1,9 M $, soit un coût 58 % plus élevé.

Précisions sur les travaux

Les travaux du présent appel d’offres public ont été bonifiés d’environ 700 000 $, comparativement à celui du printemps 2011, afin d’augmenter la manœuvrabilité du navire, et surtout dans le but de compléter l’ensemble de tous les travaux requis pour un cycle de cale sèche aux quatre ans plutôt qu’aux deux ans, dans le respect des règles de Transports Canada.

Durant les travaux, un navire de remplacement permettra à la STQ de maintenir un service régulier pour la traverse Matane−Baie-Comeau−Godbout, étant donné qu’elle constitue le seul transport maritime à l’est de Québec offrant des départs à l’année. Mentionnons que cette dernière réalise quelque 1 600 traversées annuellement, en accueillant à bord du N.M. Camille-Marcoux plus de 115 000 véhicules et 200 000 passagers.

Partager cet article