Une collation des grades chargée en émotions à l’IESI

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Une collation des grades chargée en émotions à l’IESI
Les finissants autochtones 2019 de l'IESI, entourés des représentantes du secteur de l'éducation à ITUM, Nelly Jourdain et Virginie Michel, de Ghislaine Boisvert (directrice adjointe) et Mathieu Brien (directeur général) de l'IESI ainsi que du conseiller à Nutashkuan, Richard Malec. (Photo : Optik 360)

Une cinquantaine d’étudiants de l’Institut d’enseignement de Sept-Îles (IESI) se souviendront longtemps de leur fin de passage au secondaire. Ils ont eu droit à la première collation de grades de l’histoire de l’école privée de l’avenue Gamache, un événement qui s’est déroulé le samedi 8 juin à la Salle Jean-Marc Dion.

La cohorte 2019, les 50 étudiants de secondaire 5, ont vécu une soirée forte en émotions, une idée lancée par les enseignants responsables de la graduation, Marie-Ève Laverdière et Alexandra Tremblay. Il s’agit de la plus grosse cohorte de l’IESI en plus de 30 ans.

«Ils étaient fiers d’eux quand ils sont montés sur scène, c’était leur moment de gloire, un petit moment spécial», souligne le directeur de l’IESI, Mathieu Brien. Chacun des finissants a été présenté individuellement, une présentation qui les décrivait parfaitement. «Les parents, les familles, reconnaissaient les hommages, ils savaient que c’était leur jeune».

Une soirée qui en a impressionné plus d’un, qui en a touché plusieurs. La deuxième vague de remises a été marquante, celles aux Innus, par les représentants du secteur de l’éducation à ITUM, Virginie Michel et Nelly Jourdain, et par le conseiller à Nutashkuan, Richard Malec. Le maire de Sept-Îles Réjean Porlier était également de l’événement.

«C’est une fierté pour eux (les Innus) de voir qu’ils ont réussi leur parcours en cinq ans. Ils sont fiers de leur culture», précise M. Brien. Les étudiants des communautés autochtones représentent le quart des finissants de cette année.

Le directeur, qui termine sa première année en poste, était sans mot quand il a voulu livrer son discours. «C’est rare que je sois sans mot. J’avais le motton dans la gorge, j’étais impressionné par ce qui venait de se passer», souligne-t-il.

Les représentants des deux députées, Karoline Gilbert pour Mme Lorraine Richard et Julien Gauthier pour Marilène Gill, ont procédé à la remise respective de diplômes d’implication et de présentation des finalistes (5) à la médaille du lieutenant-gouverneur (moyenne générale secondaire 4 et 5).

Le bal!

Les finissants 2019 passeront par une autre gamme d’émotions ce samedi 15 juin, cette fois au Centre des congrès. C’est le temps du bal, une soirée qui s’annonce plus «légère et moins protocolaire», une soirée au cours de laquelle ils et elles seront chics, qu’ils pourront profiter pleinement, s’amuser, entourés de leurs camarades, mais également de leurs invités, se chiffrant pour la plupart entre six et huit personnes.

Pour la collation de grade, l’IESI entend répéter l’expérience l’an prochain, surtout qu’elle a fait des envieux chez la quarantaine de secondaire 4 de l’année qui s’achève, et de la jalousie chez les cohortes précédentes. «C’est une formule à répéter, tout le monde est sorti estomaqué», conclut Mathieu Brien.

Le directeur général de l’IESI, Mathieu Brien, était sans mot lorsqu’il a voulu livrer son discours devant étudiants, parents et dignitaires à ses côtés. (Photo : Optik 360)
Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de