Une année record pour l’Oeil du cinéma

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Une année record pour l’Oeil du cinéma
Des jeunes de 6e année de l’école Camille Marcoux ont été les derniers à recevoir la visite des formateurs de l’Association des cinémas parallèles. On en voit ici quelques-uns à l’œuvre. Ils suivent attentivement les consignes de René Robitaille.

Depuis maintenant 12 ans, l’Association des cinémas parallèles du Québec participe activement au Festival du film de Sept-Îles grâce à son programme l’Oeil du cinéma qui consiste en des ateliers de formation offerts aux élèves des écoles primaires et secondaires. Ils sont si populaires auprès des jeunes que le séjour de ses formateurs est passé de deux à trois semaines. Cette année, 26 ateliers ont été offerts contrairement à 19 et des écoles de Port-Cartier ont été visitées pour une première fois.

Ces ateliers offerts par l’Association des cinémas parallèles du Québec permettent à des jeunes de se familiariser avec les différents métiers reliés au cinéma. Ainsi, ils peuvent expérimenter la caméra, le son et même le jeu. Ceci prend la forme d’un court film réalisé à partir d’un scénario déjà établi. En général, ils en tournent deux scènes différentes. En 2020, des écoles francophones, anglophones et même innues de Port-Cartier à Sept-Îles ont reçu la visite de ces formateurs.

Fait assez intéressant, les scènes sont tournées sous de multiples angles comme c’est aussi le cas sur un plateau de tournage. « On veut leur montrer comment se fabriquent les images qu’ils voient tous les jours. Après ça, on espère réussir à convaincre quelqu’un d’y faire carrière. Si on peut les éduquer à ce sujet, c’est déjà un gros plus », explique l’un de ces formateurs, René Robitaille.

Les jeunes sont à même de réaliser que le tournage d’un film peut être un long processus, peu importe que ce soit un court ou un long. « Dans la vraie vie, on ne tourne pas toujours un film dans l’ordre », rappelle-t-il. « Il faut constamment prendre des notes pour être certain de bien le monter. Ces ateliers sont aussi une manière de leur montrer ce qui se fait derrière la caméra. »

Un départ à souligner

À l’emploi de l’Association des cinémas parallèles depuis 23 ans, M Robitaille est un visage familier du festival. En effet, il a participé à ses 12 dernières éditions. Cette année, il en sera à son dernier séjour à Sept-Îles puisqu’il s’apprête à prendre sa retraite. « Mon voyage parmi vous était devenu un rendez-vous annuel. Le nombre de semaines n’a fait qu’augmenter en passant d’une à trois. On est reçu ici comme des rois. On voit des étoiles dans les yeux des jeunes », lance-t-il.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de