Un jardin pour s’enraciner

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Un jardin pour s’enraciner

En octobre, c’est le temps de la cueillette. Les Jeunes en Action du Carrefour jeunesse-emploi de Duplessis ont pu récolter ce qu’ils ont semé dans leur Jardin. Une récolte qui va bien au-delà des fruits et légumes.

Au printemps dernier, plus précisément en mai, sept jeunes ont mis tous leurs efforts pour mettre sur pied le Jardin des Jeunes en Action. En chiffre, c’est 60 verges de terre et 9000 pieds carrés. Avec l’aide de l’horticultrice Pascale Malenfant, ils ont ensuite, en juin, semé des plants de toutes sortes. Après un été d’entretien, les jeunes ont pu récolter les fruits et légumes.

«Nous sommes tellement fiers des résultats qu’a donnés le Jardin cet été, et ce, malgré la mauvaise température, confie la directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi de Duplessis, Marie-Claude Gauthier. Bravo, car le jardin a non seulement embelli notre cour arrière, mais a servi de plateau de travail pour de nombreux jeunes.»

Des sept jeunes originaux, un seul était encore dans le programme en octobre, alors que trois ont trouvé un travail, deux sont retournés à l’école et l’une attend un enfant. De nouveaux participants se sont aussi greffé durant l’été, si bien que 12 jeunes ont participé au projet, en plus des jeunes du Camp des Débrouillards, qui ont donné des coups de main hebdomadaires.

jardin jeunes en action
Le Jardin des Jeunes en Action
Récolter une fierté
Une partie des récoltes ont été donné au CPE Les Ritourn’ailes et à un organisme de la région. Le reste a servi dans de nombreuses cuisines collectives, qui seront résumées dans une livre de recette qui paraitra en mai prochain. «En apprenant à cuisiner les légumes que nous avons plantés, nous avons tous une très grande fierté», a souligné l’un des participants du programme, Maxime Normand-Lejeune.

«Je crois que chaque participant au projet Jardin y a trouvé quelque chose qu’il recherchait. Certains appréciaient le fait de travailler manuellement, dehors, de voir pousser quelque chose qu’ils ont planté eux-mêmes. Pour d’autres, c’était d’avoir une occupation positive, jour après jour, de trouver en quelque sorte une routine et une stabilité dans leur vie. Les apprentissages humains et agricoles que les participants ont réalisés leur seront certaines utiles dans leur vie d’adulte», a fait valoir l’intervenante du programme Jeunes en Action, Marie-Hélène Boudreau-Picard.

Partager cet article