Un groupe de Français suit les traces d’un missionnaire

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Un groupe de Français suit les traces d’un missionnaire
L’imposante délégation de touristes français au Vieux-Poste de Sept-Îles où une plaque mémoire sera déposé en hommage à Jean-Baptiste de Labrosse. Photo Fédération France-Québec

Pendant treize jours, un groupe composé d’une cinquantaine de touristes en provenance de la France aura sillonné l’est du Québec pour suivre les traces de Jean-Baptiste de Labrosse qui s’est établi en  Nouvelle-France. Dans cette optique, une escale a été effectuée au Vieux-Poste de Sept-Îles le 17 octobre.

Ce voyage organisé par l’Association Hautes Vallées Charente-Québec s’inscrit parfaitement dans sa mission qui l’amène à s’intéresser aux émigrants partis vers la Nouvelle-France au 17e et 18e siècle. Il fait suite au lancement le 23 juin dernier de l’ouvrage De Jauldes à Tadoussac, sur les traces de Jean-Baptiste de Labrosse auquel l’auteur septilien Pierre Rouxel a collaboré.

Depuis fort longtemps, un lien étroit est entretenu avec le Québec. Le slogan tricoté serré le démontre bien. « C’est notre quatrième voyage. Le plus beau jusqu’à maintenant a été l’Abitibi. Comme la Côte-Nord, c’est une région où les touristes sont beaucoup moins nombreux. Notre démarche est unique cette fois-ci puisqu’on suit les traces d’un missionnaire jésuite» a souligné la présidente de cette fédération France-Québec, Hélène Granet.

Bien entendu, les membres ne peuvent pas voyager toutes les années en raison des coûts qui en découlent. C’est ce qui fait en sorte que plusieurs artistes québécois ont été appelés à venir à leur rencontre pour faire des tournées. Parmi eux, le groupe Bon débarras et l’artiste nord-côtière Carolyne Jomphe. « On trouve important de faire venir le Québec à nous », indique-t-elle. « On ne veut surtout pas perdre ce lien privilégié. On se doit de l’entretenir. »

Un personnage marquant

Né en 1720 à Jauldes, Jean-Baptiste de Labrosse s’est établi en Nouvelle-France en 1754. Animé par une mission d’évangélisation, il s’est installé à Tadoussac. De cette municipalité, il s’est rendu régulièrement à Mascouche, Chicoutimi et Sept-Îles. À travers ses écrits, il en ressort qu’il se rendait à tous les ans au Vieux-Poste de Sept-Îles.

Jusqu’à maintenant, la fédération France-Québec a essayé de suivre par écrit les traces des 325 émigrants français en Nouvelle-France. Le nom de ce missionnaire figure parmi les plus importants. Cet érudit a accompagné les Acadiens dans le grand dérangement. Il entretenait aussi un lien très étroit avec les autochtones. En effet, il a été l’un des premiers à traduire certaines prières dans la langue montagnaise.

Un événement inattendu

Fait intéressant à mentionner, la chapelle de Tadoussac a été en restauration récemment. C’est à cet endroit que le père de Labrosse est enterré. Les gens de la fabrique ayant été informés du passage de ce groupe ont décidé d’attendre leur visite pour remettre les ossements à leur place. Le tout aura été fait lors d’une cérémonie, le 20 octobre. « C’est un très beau cadeau pour nous. On ne pouvait pas espérer plus. De plus, le maire de Jauldes y sera présent », conclut-elle avec enthousiasme.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de