Un festin de roi pour la protection de la rivière Moisie

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Un festin de roi pour la protection de la rivière Moisie
L’équipe de Un Chef à la cabane prête à se lancer dans l’aventure, tout juste avant le début du service.

Les convives du souper-bénéfice annuel de l’Association de protection de la rivière Moisie (APRM) ont eu droit à un festin de roi, samedi. Nul autre que le chef du Pied de cochon, Martin Picard, et sa brigade de Un Chef à la cabane ont fait le chemin jusqu’à Sept-Îles pour concocter un repas cinq services, dont certains se souviendront longtemps!

Le comité organisateur de l’événement a mis la barre haute en invitant le chef Picard à cuisiner pour les invités. En entrée, les participants ont dégusté un gâteau de foie gras (!) et notamment une poutine aux capelans… de Sept-Îles. «On était venu chercher des capelans pour le plaisir, il en a resté, alors on les a fait revenir de Montréal pour les servir», a expliqué Martin Picard.

C’est que le renommé chef n’en est pas à sa première visite sur la Côte-Nord. Amateur de la pêche au saumon, Martin Picard s’est lié d’amitié avec des membres de l’APRM au fil du temps. «On avait envie d’être ici, on se sent chez nous, on sent qu’on a fait une différence. C’est une satisfaction qui peu descriptible, qui nous procure beaucoup de bonheur», a-t-il poursuivi.

Son festin et les nombreux encans de la soirée ont d’ailleurs permis à l’APRM de récolter 85 500 dollars, un exploit dans le contexte économique actuel. «T’as pas l’impression de donner un coup d’épée dans l’eau, on a l’impression qu’il se passe quelque chose, les gens le reconnaissent, c’est charmant», a ajouté le chef Picard, emballé par son expérience.

Un défi

Reconnu pour sa passion, Martin Picard en a eu besoin pour réaliser avec brio le souper de samedi. Lui et son équipe d’environ 25 personnes se sont déplacés à Sept-Îles en autobus. La location d’un camion réfrigéré a même été nécessaire pour le transport des produits. Des membres de l’équipe ont même fait l’aller-retour en avion, un peu avant l’événement pour s’assurer que tout soit à point.

«C’est l’événement qui a demandé le plus d’énergie, n’hésite pas à dire le chef Picard. On va par exemple à New York ou en Suède, mais on n’a rien à apporter. Ici, c’était différent». L’équipe a néanmoins pu profiter des cuisines d’Omer Lapierre, à la fine pointe, ce qui a rendu possible la préparation du repas, servi à la salle du Carrefour LaBaie.

À noter l’animation de main de maitre du comédien, Louis Champagne et la prestation de Marc Déry. Le chef Louis-François Marcotte était aussi de la partie. Espérons qu’il aura été inspiré par le défi relevé par son ami du Pied de cochon! Tous les profits de l’événement servent à la protection de la rivière Moisie, un joyau québécois.

 

Partager cet article