Un cube pour Recyk et Frip

Photo de Nicolas Dupont
Par Nicolas Dupont
Un cube pour Recyk et Frip
Pour la Ville de Sept-Îles, il était moins dispendieux de payer un camion à Recyk et Frip que de gérer le transport du textile.

La municipalité de Sept-Îles accorde une aide financière maximale de 50 000$ à Recyk et Frip pour l’acquisition d’un camion de type cube. L’organisme gérera lui-même le transport entre ses locaux et l’écocentre.

La Ville a adopté deux résolutions en ce sens lors de la séance du 9 septembre. Tout d’abord, elle accorde une subvention pour que l’organisme procède à l’achat d’un cube. Le camion sera la propriété de Recyk et Frip. L’opération du camion se fera par les employés de l’organisme.

Ensuite, la municipalité a adopté une modification au contrat d’exploitation de l’écocentre du centre-ville pour en diminuer la somme de 131 250$.

Pour la Ville de Sept-Îles, il était moins dispendieux de payer un camion que de gérer le transport du textile.

« Pour la Ville, c’est beaucoup moins cher de faire ça que la situation actuelle. Selon mes chiffres, c’est cinq fois moins cher. Et pour nous, ça va être beaucoup plus simple, tant au niveau de la gestion de l’espace que de la logistique », souligne la directrice de Recyk et Frip, Maryse Gagnon.

Le linge qui est brisé ou taché, qui ne peut être vendu à la friperie, doit être transporté à l’écocentre. Ensuite, c’est l’entreprise Certex qui repart avec pour le recycler. C’est la municipalité qui payait et qui gérait transport entre les locaux de l’organisme et l’écocentre.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de