Tournée régionale de Pierre-Karl Péladeau: Pour un Plan Nord «à valeur ajoutée»

Tournée régionale de Pierre-Karl Péladeau: Pour un Plan Nord «à valeur ajoutée»

Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre-Karl Péladeau, était de passage lundi et mardi à Sept-Îles, dans le cadre d’une tournée des régions du Québec. Il a plaidé pour la transformation au Québec des ressources naturelles grâce au potentiel énergétique.

Lors d’un point de presse, en compagnie de la députée de Duplessis, Lorraine Richard, M. Péladeau a plaidé pour un Plan Nord «à valeur ajoutée». «Oui le Plan Nord, comme concept, c’est fort intéressant, mais on devrait aller dans un Plan Nord à valeur ajoutée, c’est-à-dire un Plan Nord qui va aussi intégrer, à l’intérieur de l’exploitation et l’exploration de nos ressources naturelles, la nécessité d’engager un processus de transformation», a affirmé l’aspirant-chef.

Selon lui, le Québec «a tout le potentiel» pour faire de la transformation sur son territoire, dont les ressources en énergie. «La disponibilité, la proximité de ces ressources énergétiques font en sorte qu’on a des atouts considérables», a mentionné M. Péladeau.

BAPE sur l’exploitation pétrolière
La semaine dernière, de passage à Matane, Pierre-Karl Péladeau a affiché une prudence sur l’exploitation des hydrocarbures en défendant les filières du développement durable comme l’éolien et l’électrification des transports.

Il croit qu’un BAPE sur l’exploitation pétrolière serait «incontournable» et «essentiel». «Je ne suis pas contre Anticosti. Ceci étant, il est souhaitable, comme tous les autres processus, de faire en sorte que des experts se penchent sur cette question», a affirmé M. Péladeau.

Mine Arnaud : «Ça taponne»
«Ça taponne, ça taponne trop longtemps», a lancé le candidat à la chefferie du PQ lorsque questionné sur le dossier Mine Arnaud, alors que la décision de Québec se fait attendre.

Pierre-Karl Péladeau a utilisé l’expression anglaise «shit or get off the pot» pour décrire la situation, ce qui signifie que les intentions devront se traduire en action. «Je sens du côté économique une volonté d’aller au bout de ce projet-là et c’est une bonne chose», a continué M. Péladeau.

L’aspirant-chef a rencontré le conseil de ville de Sept-Îles lundi avant une soirée avec des militants. Mardi, il a rencontré des acteurs économiques et des étudiants au Cégep de Sept-Îles. Lorraine Richard a réitéré qu’elle ne donnait son appui à aucun candidat dans la course à la chefferie.

Pierre-Karl Péladeau était de passage à Sept-Îles lundi et mardi en compagnie de Lorraine Richard. (Photo : Le Nord-Côtier)