Taktika vient célébrer ses 20 ans à Sept-Îles

Taktika vient célébrer ses 20 ans à Sept-Îles

Taktika sera au Cégep de Sept-Îles le 5 octobre prochain. Avec plus de 10 albums à leur actif, le spectacle promet d’être diversifié.

Crédit photo : courtoisie

Les membres de Taktika, véritables vétérans de la scène hip-hop québécoise, seront de passage au Cégep de Sept-Îles le 5 octobre dans le cadre de leur tournée 20e anniversaire. Fort de ses 100 000 albums vendus en carrière, le groupe invite les Septiliens à prendre part à un spectacle mémorable.

Originaires de Lévis, T-Mo et B-Ice ont commencé à se faire connaitre dès 1996. C’est à partir de 2001, où ils ont présenté leur premier album en tant que groupe, que Taktika est devenu rapidement une référence dans le milieu. La génération «musique plus» se rappellera de plusieurs morceaux phares et de l’implication du groupe dans plusieurs causes sociales. Avec «Désarmé jusqu’aux dents», chanson thème conçue spécialement pour la semaine québécoise de prévention du suicide, le groupe a contribué à mettre des mots sur des épreuves difficiles.

«On a été touché de près par le fléau du suicide, on a perdu plusieurs amis. Notre implication vient du fait qu’on est conscient du porte-voix que l’on a en tant qu’artistes. Utiliser la musique pour contribuer à changer les choses a été naturel en fait pour nous», explique T-Mo, alias Fred Auger.

Ayant tous deux grandi dans un milieu difficile, B-Ice et T-Mo ont aussi connu les problèmes qui viennent avec la toxicomanie.

«On s’en rend compte en écoutant les premiers albums, c’est assez évident. On a été confronté à des problèmes assez majeurs au niveau de la consommation. B-Ice est d’ailleurs devenu un modèle en s’en sortant et la musique l’a beaucoup aidé à ne pas rechuter», souligne-t-il.

Les gars donnent aussi des conférences à travers le Québec, dans des pénitenciers, des écoles et des centres jeunesse. En partageant leur histoire, en démontrant comment la musique les a influencés positivement, ils souhaitent surtout transmettre le message que «si la vie part croche, ça ne veut pas dire que tu ne peux pas te remettre sur le droit chemin».

Garder le focus

Contrairement à plusieurs groupes et artistes hip-hop québécois qui ont percé en même temps qu’eux, au début des années 2000, Taktika peut se réjouir d’avoir su s’adapter d’année en année.

«C’est ce qui fait qu’on est toujours là. Notre musique a évolué en même temps que nous. Quand tu n’évolues pas, tu disparais rapidement. Nous, c’est en s’impliquant dans des causes qu’on a trouvé un sens à ce qu’on faisait».

B-Ice et T-Mo se disent conscients que sans un objectif derrière la production de leur album, ils auraient perdu «le focus» il y a longtemps. Leur but, bien avant de vendre des disques, est d’influencer positivement la société québécoise.

«Ça va plus loin que d’être un artiste. Les gens te suivent parce que t’as encore quelque chose à dire et tu parles de choses qui les intéressent, d’expériences qu’ils vont vivre à travers leur vie et qui les touchent. Ils vont donc t’envoyer des messages, venir te voir en spectacle, acheter tes albums et te dire que ta musique a un impact positif dans leur vie.»

La chance au suivant

Partout où ils passent, les gars de Taktika invitent quelqu’un de la communauté locale à faire leur première partie et à réchauffer la foule. C’est ce qu’ils feront à Sept-Îles le 5 octobre avec Canu, C-Ritch et Nomadik du groupe Violent Ground.

«Dans le milieu du hip-hop, les groupes locaux n’ont pas souvent l’occasion de se faire voir. Encore moins dans des salles professionnelles. Nous on s’est fait connaitre comme ça, on veut donc redonner la chance aux plus jeunes et leur faire prendre de l’expérience.»

Il invite les Septiliens qui ne les connaitraient pas encore à venir les découvrir et à supporter le mouvement.

«C’est relativement rare qu’on ait la chance de passer dans votre coin, venez nous voir! Ceux qui nous connaissent revivront d’excellents moments. Pour ceux qui voudrait nous découvrir, on va donner un spectacle, mais on va aussi raconter une histoire, c’est ce qu’on fait en show, on explique d’où on vient.»