Suicides à Uashat mak Mani-Utenam: Québec ouvre une enquête

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Suicides à Uashat mak Mani-Utenam: Québec ouvre une enquête

Québec annonce une enquête publique du coroner relativement à la mort de la jeune innue Nadeige Guanish, qui s’est enlevé la vie, le 31 octobre. 

«La coroner en chef doit faire la lumière sur ce triste événement, d’abord par respect pour la personne décédée et sa famille. Mais je souhaite que cette enquête publique permette également de mieux comprendre la problématique liée aux suicides et aux tentatives de suicide dans la communauté autochtone de Uashat mak Mani-Utenam », a déclaré le ministre de la Sécurité publique suppléant, Pierre Moreau.

Selon nos informations, cinq suicides sont survenus dans la communauté de quelque 4000 âmes, depuis la dernière année. Le mandat de l’enquête commandée par Québec pourra d’ailleurs être élargi pour tenter de mieux comprendre pourquoi les membres des Premières Nations ont un taux de suicide de 3 à 5 fois plus élevé que le reste de la population.

Une action saluée 

Le chef du conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam a pour sa part salué la réaction du gouvernement, mis au courant des événements en début de semaine. «Nos pensées sont tournées vers les familles touchées», a tenu à mentionner en premier lieu, Mike McKenzie.

 «Il ne faut pas aller bien loin pour comprendre que le sous-financement chronique de nos services en matière de santé et services sociaux, nous empêche de bien soutenir nos populations, a-t-il martelé. Espérons que l’enquête permettra une fois pour toutes de constater qu’il faut nous soutenir pour arriver à une guérison individuelle et collective».

Le chef McKenzie rappelle que «les racines des souffrances» des peuples des autochtones sont connues depuis longtemps, citant entre autres la colonisation et l’époque des pensionnats, qualifiée de génocide culturel, où de nombreux cas de sévices sexuels et physiques ont été répertoriés.

«Nous portons dans nos cœurs, nos âmes, un héritage lourd, mais il y a toujours de l’espoir», a-t-il conclu.

La Coroner en chef, Me Catherine Rudel-Tessier, a reçu vendredi, le mandat de mener une enquête publique du ministre de la Sécurité publique suppléant, Pierre Moreau.


(Photo: Le Nord-Côtier)

Partager cet article