Suicide à Uashat: Les chefs interpellent Justin Trudeau

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Suicide à Uashat: Les chefs interpellent Justin Trudeau

Le conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam (ITUM) a réagi lundi au déclenchement d’une enquête publique du coroner sur la mort de la jeune Nadeige Guanish qui s’est enlevé la vie, le 31 octobre. C’est la cinquième à le faire depuis le début de l’année dans la communauté. Le chef Mike McKenzie somme Québec et Ottawa d’en faire plus.

Appuyé du chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, qui s’était déplacé à Uashat lundi, Mike McKenzie réclame que le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau, passe de la parole aux actes en déclenchant la commission d’enquête publique sur le cas des femmes autochtones assassinées ou disparues au Canada, promise durant la campagne électorale.

«Comme l’a fait son père, Pierre Elliott Trudeau, Justin Trudeau doit venir ici rencontrer la communauté et constater personnellement la situation, a affirmé le chef McKenzie en conférence de presse. Il doit profiter de cette visite pour lancer l’enquête nationale sur le sort des femmes autochtones», a-t-il poursuivi. Le chef Picard va plus loin, en proposant qu’Ottawa élargisse le mandat de cette enquête à venir en s’étendant «sur les questions liées à la justice et nos nations».

«Ce qui se passe au Québec, les témoignages entendus à Val-d’Or, on aurait pu les entendre ailleurs au pays. Est-ce qu’il y a vraiment une justice pour tous ou est-ce qu’on a devant nous une justice qui fait des choix dans son application?», a interrogé le chef Picard, faisait notamment allusion à la diffusion de l’émission Enquête, qui a mis en lumière des cas allégués d’abus de femmes autochtones par des policiers de la Sûreté du Québec, dans la région de Val-d’Or.

Plus qu’une enquête du coroner

Les chefs interpellent du même souffle Québec qui doit mener plus qu’une enquête du coroner sur le cas de la jeune Nadeige pour résoudre la problématique du suicide dans les communautés. «On n’est pas obligé d’attendre que le rapport du coroner pour agir, on connaît déjà un certain nombre de problèmes qui existent et certains éléments de solutions», a lancé le chef McKenzie, qui a salué la réaction de Québec.

Depuis 2015, cinq personnes se sont enlevé la vie à Uashat mak Mani-Utenam, c’est la pire année depuis 1994.

«Nous sommes en crise et il faut que les autorités le reconnaissent. Notre jeunesse à le droit, comme toutes les autres, à un environnement sain et sécuritaire, elle a le droit d’espérer à un avenir meilleur» Mike McKenzie 

La bande a déjà tablé sur une série de mesures que Québec et Ottawa pourraient mettre en place rapidement, comme verser un financement adéquat des services policiers autochtones et créer une escouade mixte (GRC, Sûreté du Québec et police autochtone) pour agir sur le trafic de stupéfiants. ITUM souhaite le soutien de programmes de prévention et de promotion d’un mode de vie sain et le développement de «corridors de services» avec les partenaires du réseau québécois pour les besoins spécialisés.

Enquête provinciale

Comme elle le revendique depuis la diffusion de l’émission Enquête, il y a près de trois semaines, l’APNQL a réitéré sa doléance pour que Québec ouvre une enquête publique sur les «facteurs systémiques qui nuisent aux relations entre les institutions québécoises et les Premières Nations, notamment chez les services policiers».

«D’ici 2050, notre population à l’échelle du pays risque de double (…) Ce n’est pas trop demander de notre part, de faire en sorte que nous puissions relever nos perspectives d’avenir», a affirmé Ghislain Picard, qui consent que ce que les chefs demandes au gouvernement «n’est pas une mince tâche».

Selon ITUM, les cinq suicides survenus dans la communauté depuis 2015 équivalent «extrapolé à l’échelle du Québec», au décès de 12 000 Québécois. «Nadeige Guanish s’ajoute à une liste trop longue, c’est une de trop, et ça doit être la dernière», a-t-il conclu.


Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, le chef d’ITUM, Mike McKenzie, la tante de Nadeige Guanish, Marie-Luce Jourdain et le directeur de la Sécurité publique de Uashat mak Mani-Utenam, Raynald Malec, ont rencontré la presse lundi.

(Photo : Le Nord-Côtier)

 


Partager cet article