Station Gallix : un rêve d’enfant pour le nouveau directeur Loïs Babin

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Station Gallix : un rêve d’enfant pour le nouveau directeur Loïs Babin
Le nouveau directeur général de la Station Gallix, Loïs Babin (avant-dernier), est accompagné sur la photo de Carole Chabot, responsable du service à la clientèle, Étienne Gagné, comptable, et Jean-François Thibeault, directeur de la montagne. Photo Facebook Station Gallix

Parole du nouveau directeur général de la Station Gallix, Loïs Babin, il n’ira pas travailler, mais s’amuser. Le Baie-Comois d’origine, Septilien depuis dix ans, réalise un peu un rêve d’enfant. L’homme de 61 ans s’est officiellement retrouvé dans son nouveau poste le 12 octobre dernier.

Après dix ans dans des postes de direction, sept ans chez Walmart à Sept-Îles, deux ans chez RONA à Port-Cartier et un au Dollarama de Sept-Îles, Loïs Babin n’était pas mûre pour la retraite à 61 ans et rester seul à la maison.

Ses expériences lui seront profitables dans ses nouvelles fonctions. «Ç’a toujours bien été dans mes emplois. Je me suis fait connaître de la clientèle».

Rêve d’enfance

Ce nouveau défi à la Station Gallix, c’est un peu son rêve d’enfance, lui qui est un mordu de ski alpin. «C’est un rêve qui se réalise. Jeune, je voulais avoir ma station. Je me voyais dans l’Ouest canadien et gérer ma montagne. C’est un beau défi qui se présente dans ma carrière. Je suis prêt pour quelques années», a mentionné celui qui a déjà eu son école de ski acrobatique au mont Ti-Basse de Baie-Comeau.

« Je connais le côté client, mais il me reste celui des opérations à apprendre. Ce n’est cependant pas de l’inconnu», a-t-il mentionné. Il a eu à maintes reprises à collaborer avec les responsables de stations.

Bien entouré

En poste depuis le 12 octobre, Loïs Babin a dit être bien entouré alors que l’équipe de la Station Gallix compte encore dans ses rangs Carole Chabot à la billetterie et Jean-François Thibeault comme directeur de la montagne.

« Ce n’est pas moi qui vais lui montrer à faire sa job. Il la fait très bien. On voit déjà les choses de la même façon. Je n’entrevois aucun problème», a conclu le directeur général, qui a salué le travail et les réalisations de son prédécesseur, Julien Picherit, qui collabore à 200% dans la transmission des dossiers.

M. Picherit a pris la décision il y a quelques mois de renouer avec ses anciens amours, l’enseignement, au département de technologie minérale du Cégep de Sept-Îles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires