Spectacle de Noël de Florent Vollant : la chanson rassemble

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
Spectacle de Noël de Florent Vollant : la chanson rassemble
Le chanteur innu Florent Vollant sera sur le continent européen prochainement pour la tournée de son plus récent album, Mishta Meshkenu.

Florent Vollant vient de traverser une année éprouvante de laquelle il se relève avec force, résilience et l’urgence d’agir . «Depuis un peu plus d’un an, j’ai perdu des amis en cours de route, mon frère Réginald, ma sœur Doris, mon ami musicien Gilles Sioui. Ça me bouscule. Je sens comme une urgence! Mon frère m’avait dit « Go men, vas-y, the show must go on! »».

C’est ce qui amène Florent Vollant à oser, à foncer instinctivement vers des projets qui l’attirent. Et la génération des jeunes musiciens, auteurs-compositeurs et interprètes est directement visée par cet élan, nous a-t-il confié. «Les Matiu, Scott Pien-Picard, Ivan Boivin. C’est des jeunes, c’est l’autre génération».

Ce n’est donc pas sans raison que le nouveau groupe Nikamu Mamuitun, formé de huit jeunes artistes autochtones et non-autochtones, sera au cœur du spectacle de Noël qu’il nous propose le 19 décembre prochain à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles. Une tradition qui en est à sa 15e année!

Nikamu Mamuitun- Chansons rassembleuses

Liés grâce à un projet musical qui origine d’une résidence au Village en chansons de Petite Vallée en Gaspésie, de son directeur Alan Côté et de Florent Vollant, et entourés de mentors reconnus, les Matiu, Karen Pinette-Fontaine, Scott-Pien Picard, Ivan Boivin-Flamand, Marcie, Cédrik St-Onge, Chloé Lacasse et Joëlle Saint-Pierre ont créé collectivement des chansons alliant le français et les langues autochtones tout en conciliant leurs univers musicaux respectifs. Le groupe ainsi formé, l’étincelle Nikamu Mamuitun, signifiant «chansons rassembleuses», jaillissait.

Confirmation de leur talent, ces jeunes créateurs au dynamisme contagieux ont par ailleurs été invités à se produire à la Place des Arts de Montréal en octobre dernier.

Se joindrons à eux, «les figures habituelles», précise Florent Vollant. Des musiciens d’expérience qui se côtoient avec bonheur depuis des années. Pensons, entre autres, aux guitaristes Réjean Bouchard et André Lachance, au claviériste Éric Poirier, à la jeune violoniste Rachel Doré-Morin, auxquels se joindront d’autres musiciens reconnus.

Difficile de passer sous silence le célèbre opus Nipaniamanam, célébrant Noël et Mishta Meshkenu (la route), le dernier album de Florent Vollant, avec lequel il conclut l’année 2018 et qui sera sans doute au programme de cette soirée musicale festive et familiale, tel que le souhaite l’artiste.

«Je veux que ce soit accessible. Je veux que les enfants viennent avec leurs parents. Une année, la première rangée, ça m’a touché. Y’avait la grand-mère avec son fils et ses deux petits-enfants. Les deux petits dormaient. J’ai trouvé ça beau! C’est comme ça qu’on veut ça! On veut que ce soit familial.»

Débordant de projets pour la nouvelle année qui vient, Florent Vollant n’a qu’un souhait à nous transmettre. Un vœu rassembleur.

«Compassion, compassion. Soyons compréhensifs, prenons-nous dans les bras, ça vaut nous éviter bien des pilules. Moi j’y crois.»

Une quinzième édition célébrant la joie de Noël et du vivre ensemble à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, le 19 décembre à 20h.

 

Partager cet article