Sortir de la dépendance en retrouvant ses racines

Photo de Karine Lachance
Par Karine Lachance
Sortir de la dépendance en retrouvant ses racines
Nathalie Gabriel confectionne plusieurs produits artisanaux. Elle est à Uashat durant les Jeux Interbande 2019. (Photo : Le Nord-Côtier)

Nathalie Gabriel vient tout juste d’être nommée conseillère dans sa communauté, Schefferville. Une chose qu’elle n’aurait jamais crue, neuf ans plus tôt, alors qu’elle vivait la période la plus sombre de sa vie.

À une certaine époque, Nathalie Gabriel voulait en finir avec la vie. Elle ne trouvait pas son but sur la terre et se sentait perdue. Elle cherchait une raison de s’accrocher et d’enfin voir une lueur au bout du tunnel.

«J’avais toujours eu dans la tête de retourner à mes racines. C’est ce que j’ai fait pour m’en sortir et j’ai perdu mes idées noires», se rappelle Nathalie.

Alors qu’elle vivait avec une problématique de dépendance, Nathalie a commencé à s’intéresser à la culture de ses ancêtres. Elle a débuté par prendre des cours de tressage avec une dame de Natashquan. Ensuite, lors de ses traitements pour un cancer, elle a appris le tressage de raquettes.

« Je vois l’importance de la culture, comment ça peut aider. Je me rends compte que ça se perd et je veux faire de quoi pour la partager», ajoute-t-elle.

Nathalie Gabriel ne le cache pas, sa communauté souffre de problèmes de dépendance, en particulier aux méthamphétamines (speed).

«C’est triste à voir, il faut faire de quoi, ils sont en train de creuser leur tombe», se désole la nouvelle conseillère.

Les personnes intéressées à s’imbiber de la culture autochtone peuvent se rendre sur le site de l’ancien camping de Uashat, à l’extrémité ouest de l’avenue Dequen. Des artisans sont sur place tout au long des Jeux autochtones interbandes 2019 pour présenter leurs produits et partager leurs techniques artisanales.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de