Simple Plan: Une occasion de s’immiscer dans la culture autochtone

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Simple Plan: Une occasion de s’immiscer dans la culture autochtone
Simple Plan a rencontré les médias locaux quelques heures avant son spectacle dans le cadre du Festival Innu Nikamu.

La formation Simple Plan voit leur passage au Festival Innu Nikamu comme une occasion de s’immiscer dans la culture autochtone et d’en apprendre plus sur la réalité des Premières nations.

Le groupe internationalement connu sera en spectacle ce soir à Mani-Utenam. Simple Plan aide les jeunes en difficulté par le biais de leur fondation. «Ça fait quelques années que la fondation aide ici. Au Québec, des fois à Montréal, on oublie un peu les problèmes dont les gens ici font face et c’est devenu une chose très importante pour la formation d’aider les jeunes», a mentionné Chuck Comeau quelques heures avant la prestation du groupe.

«On connaît les clichés de la culture autochtone et d’être ici, ça nous permet d’en apprendre plus et partager une partie de cette expérience-là à travers nos réseaux sociaux. C’est une super belle occasion de s’immiscer dans votre culture et d’en apprendre plus», a affirmé Jeff Stinco.

Si le groupe à l’habitude de jouer dans les plus grandes villes de la planète, les membres aiment bien «sortir du cercle traditionnel des tournées» en faisant des spectacles dans différentes régions du Québec. La formation a déjà joué dans la communauté crie de Chisasibi à la Baie-James il y a moins de deux ans. «C’était vraiment génial, il y avait beaucoup de monde et un bel esprit de bonheur», a mentionné David Desrosiers. C’est un peu un retour à la maison pour ce dernier, puisqu’il est né à Sept-Îles et vécu à Port-Cartier jusqu’à l’âge de sept ans avant de déménager à Matane.

Partager cet article