Sept-Îles développera 55 nouveaux terrains cet été

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Sept-Îles développera 55 nouveaux terrains cet été
Maisons résidentielles du secteur Rochette.

La Ville de Sept-Îles poursuit le développement du secteur résidentiel au nord de la rue Rochette. Les travaux pour développer les phases 3 et 4 du quartier se feront cet été, même si la demande n’est plus aussi pressante qu’il y a quelques années.

Le conseil de ville a autorisé un règlement d’emprunt temporaire de 2 820 000$, lors de la séance publique du 9 mai, pour la construction et l’aménagement des nouvelles rues du secteur. Le ministère des Affaires municipales acquittera environ les deux tiers de cette somme via un fonds destiné aux villes du Plan Nord.

«On s’attend à ce que les travaux débutent au début de la période estival pour être complété à l’automne. On parle d’environ 55 terrains résidentiels additionnels», a expliqué le directeur général, Claude Bureau. Si la Ville a reçu quelques demandes pour des terrains résidentiels, le contexte est différent des deux premières phases de développement de Rochette en pleine période d’effervescence économique.

«Il y a quelques demandes, mais on ne se cachera pas qu’il y a un ralentissement par rapport à ce qu’on a déjà vécu à une certaine époque. On avait dû procéder à un tirage au sort, tellement il y a avait de demandes. Il y avait plus de demandes qu’il n’y avait d’offres», a mentionné M. Bureau.

Malgré tout, la municipalité doit continuer à développer de nouveaux terrains, explique le maire, Réjean Porlier. «Une ville comme Sept-Îles, moindrement que ça redémarre économiquement, on va trouver que ce n’est pas beaucoup avoir 50 terrains», a-t-il mentionné.

La Ville espère que les promoteurs privés prendront le relai pour développer des terrains. «L’objectif est encore pour la municipalité de passer le flambeau à des promoteurs du développement résidentiel à Sept-Îles, ce qui n’a jamais été facile, soi-dit en passant, par le passé. La municipalité a toujours agi par défaut. Si la municipalité n’avait pas été là pour développer des terrains, on aurait eu des difficultés», a expliqué Claude Bureau.

Partager cet article