Raccordement de la Romaine : Les Innus bloquent l’accès vers le chantier

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Raccordement de la Romaine : Les Innus bloquent l’accès vers le chantier

Lundi, le regroupement d’Innus de Uashat mak Mani-Utenam, qui s’oppose à l’aménagement de la ligne de transport du complexe La Romaine sur leur territoire, a mis leurs menaces à exécution en bloquant partiellement la route 138, à la hauteur de Mani-Utenam. Les véhicules qui se dirigeaient vers le chantier ont dû rebrousser chemin.

Les membres du groupe dénoncent qu’Hydro-Québec poursuive ses travaux d’aménagement de la ligne de raccordement sans que la communauté n’ait encore donné son consentement au projet. En octobre, plus de la moitié des Innus de la communauté ont rejeté une seconde fois l’entente entre Hydro et la bande, qui comprenait notamment des compensations pour l’aménagement de la ligne de transport et la mise en chantier du complexe.

«Ce que fait Hydro-Québec est illégal», a dénoncé le porte-parole du groupe, Norbert Fontaine, qui demande l’arrêt des travaux. «Pourtant, nous leur avons clairement dit non au dernier référendum.» Les Autochtones souhaitent dans un premier temps que les négociations entre la Société d’État et la bande reprennent. «Nous voulons aussi que des gens de la communauté puissent assister aux communications (…) On considère que ce sont de gros enjeux pour notre communauté et l’avenir de la jeunesse.»

Appui d’ITUM
Le Conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam (ITUM) a confirmé qu’il donnait son appui aux membres de sa communauté qui maintenaient le blocus, à condition que leurs actions soient posées dans le respect et la prudence. Le vice-chef, Mike Mckenzie, a d’ailleurs avancé que le conseil planchait présentement sur la bonification de l’entente refusée cet automne.

«Il n’y a rien de formel, mais les discussions ont repris avec Hydro-Québec», a-t-il indiqué. «Ce qui est primordial pour nous, c’est que les projets reçoivent l’acceptation sociale.» Pour sa part, Hydro-Québec, a réitéré le souhait d’en venir à une entente avec la bande.

Blocus 138
Blocus138

Intervention de Québec
Lundi, les manifestants demandaient à Québec des explications à propos des agissements de sa Société d’État. «On veut que Jean Charest et que Geoffrey Kelley se déplacent ici pour nous donner des réponses», a fait savoir un membre du regroupement, Michaël Mckenzie.

Réagissant par voie de communiqué, le ministre responsable des Affaires autochtones Geoffrey Kelley s’est dit confiant que «le dialogue avec les représentants mènera à des solutions durables et satisfaisantes.» Québec et ITUM ont d’ailleurs convenu de mettre en place une table officielle de discussion pour «en arriver à un consensus sur toutes les questions liées au projet La Romaine ainsi que les autres enjeux propres à la communauté.»

Autres appuis
Les Innus ont également reçu l’appui de l’Alliance Romaine, qui milite depuis plusieurs années pour la préservation de la rivière. «Il est temps de passer à l’action, le gouvernement coupe les coins ronds en débutant les projets avant même d’obtenir le consentement des communautés (…) Nous avons peur que cela devienne symptomatique quand il sera question du Plan Nord», a indiqué le porte-parole de l’organisme, Christopher Scott.

Le barrage routier n’aurait pas eu d’impacts sur le chantier hydroélectrique jusqu’à présent, selon Hydro-Québec.

Partager cet article