Quai de La Romaine: Ottawa annonce la fin des travaux d’urgence

Quai de La Romaine: Ottawa annonce la fin des travaux d’urgence

Le quai de La Romaine.

Crédit photo : Danielle Collard

Transports Canada a annoncé vendredi que les travaux de réparation d’urgence du quai de La Romaine sont maintenant terminés. Le quai est de nouveau opérationnel, mais avec des restrictions de poids.

Transports Canada avait émis des contraintes d’utilisation pour le quai de La Romaine le 6 juin. Une portion du quai et trois bornes d’amarrage avaient alors été condamnées. Le village de la Basse-Côte-Nord n’est pas accessible par la route.

Les travaux d’urgence ont pris fin le 7 juillet. Le vide sous la dalle de béton du quai a notamment été comblé. Des réparations à la dalle et au lampadaire ainsi que des travaux électriques sont prévus plus tard cet été.

La fin de ces travaux signifie que le navire ravitailleur Bella Desgagnés pourra de nouveau manipuler des conteneurs sur le quai. L’armateur pourra ainsi livrer toutes ses marchandises, dont les matériaux de construction commandés par les résidents et les commerces locaux. Le navire a d’ailleurs pu faire une première livraison «normale» mercredi.

Le pétrolier est attendu pour vendredi ou samedi. Les réserves de mazout nécessaires au fonctionnement de la centrale électrique d’Hydro-Québec seraient suffisantes jusqu’à la fin juillet.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, s’est réjoui du retour d’un service d’approvisionnement régulier et sécuritaire au quai de La Romaine.

«Je m’engage à vous tenir informés de la suite des travaux, et à garder les lignes de communication ouvertes», a-t-il ajouté par communiqué.

Restrictions maintenues

La fin des travaux d’urgence ne signifie pas pour autant le retour à la normale. En effet, Transports Canada maintient une restriction quant au poids total pouvant être supporté par le quai. Le ministère ne prévoit pas de travaux supplémentaires pour mettre fin à cette restriction.

Francis Roy, PDG de Relais Nordik, armateur du Bella Desgagnés, explique les conséquences qui en découlent.

«Ça nous oblige à doubler le nombre de conteneurs qu’on devrait normalement avoir là-bas. Ça représente plus de temps à quai, plus de temps de manipulation, plus de chances de bris, etc. On a toujours un quai qui est en piètre état. C’est un quai qui est en fin de vie, point», déplore-t-il.

Il craint que la prochaine crise soit bien pire. Il redoute une crise qui durerait plusieurs mois et pendant laquelle il lui serait impossible de maintenir des opérations temporaires minimales comme ce printemps.

L’infrastructure fédérale a atteint la fin de sa durée de vie utile. Les élus locaux et la compagnie Relais Nordik demandent une reconstruction rapide et complète du quai par Transports Canada pour des raisons de sécurité.

«Ce quai-là est à très haut risque. Des actions doivent être prises de leur part», insiste Francis Roy.

En entrevue avec Le Nord-Côtier en juin, le ministre Marc Garneau, avait dit attendre la confirmation par Québec du délai de construction de la route 138 jusqu’à La Romaine avant de prendre une décision.

Transports Canada dit n’avoir pris aucune décision à ce jour et continuer à analyser l’ensemble de la situation.