Prolongement de la route 138: «Un potentiel économique certain»

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Prolongement de la route 138: «Un potentiel économique certain»
La fin de la route 138 avant son prolongement vers Kegaska.

Alors que le gouvernement fédéral prévoit investir massivement dans les infrastructures du pays au cours des prochaines années, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, voit «un potentiel économique certain» au prolongement de la route 138 jusqu’à Blanc-Sablon.

«C’est sûr que le programme d’infrastructures, on a tout intérêt à vouloir en profiter, que ce soit pour la route 138 ou pour le gaz naturel», a mentionné Réjean Porlier. Celui qui représente la Côte-Nord au sein de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) n’est cependant «pas en mesure de dire à quel niveau ça va nous atteindre». L’intention du gouvernement fait en sorte que c’est «un excellent momentum» pour faire des représentations en ce sens.

Le maire y voit «un potentiel économique certain» pour la région. «À partir du moment où la route est continue jusqu’à Terre-Neuve, Sept-Îles peut devenir le centre de quelque chose. Terre-Neuve avait déjà exprimé son intérêt. Ils ont probablement des avantages pour le transport de marchandises de passer par la Côte-Nord, plutôt que par la Nouvelle-Écosse», a mentionné M. Porlier.

Le prolongement de la route, attendu depuis longtemps par les élus de la région, pourrait «ouvrir un vaste territoire» et amener «une fluidité», selon le maire de Sept-Îles. «Dans nos liens avec Terre-Neuve, c’est un atout», ajoute-t-il.

Si la route se rend un jour jusqu’à Blanc-Sablon, cela pourrait «donner accès à un vaste territoire, où il y a des ressources» et la «possibilité de voir restructurer l’industrie du transport de l’Est du Canada». Le prolongement de la route pourrait aussi avoir un impact positif sur le tourisme, puisque les automobilistes auront la possibilité de ne pas revenir sur leurs pas. «Il n’y a que du positif d’ouvrir cette route-là», lance le maire Porlier.

De son côté, la députée de Manicouagan, Marilène Gill, appuierait certainement «de toutes les façons» le prolongement de la route 138. En réaction au budget fédéral en entrevue à l’émission radio Côte-Nord Attitude, elle a dénoncé que le gouvernement «donne de l’argent à Calgary pour faire une ceinture routière périphérique, tandis qu’ici, la Basse-Côte-Nord ne sont pas relié à une route».

Partager cet article