Projet de loi 40 : les syndicats de l’enseignement craignent d’être bâillonnés

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Projet de loi 40 : les syndicats de l’enseignement craignent d’être bâillonnés
(Photo : SERF-CSQ )

En pleine campagne de négociation, la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) s’inquiète de l’adoption du projet de loi 40. Pour souligner son mécontentement, la FSE-CSQ a installé des banderoles géantes à différents endroits au Québec. Un exercice également effectué par le Syndicat de l’enseignement de la région du Fer (SERF-CSQ), le 13 février, au coin du boulevard Laure et de la rue Smith à Sept-Îles.

« On a tous entendu les beaux discours de la CAQ pour valoriser la profession enseignante. Le ministre Roberge affirmait vouloir réduire notre tâche trop lourde et trop complexe. Or, force est d’admettre que le gouvernement a parlé des deux côtés de la bouche puisque les demandes patronales feraient exactement le contraire de ce qui avait été annoncé », déplore la présidente du Fer-CSQ, Monica Chiasson.

« Avoir l’heure juste »  

Cette situation amène la FSE-CSQ à craindre que son pouvoir de négociation en soit considérablement réduit. Il faut souligner les directions d’établissements des nouveaux centres de service des trois commissions scolaires sur la Côte-Nord se sont prononcés en faveur au projet de loi 40. À cet égard, le SERF-CSQ leur enverra une lettre dans laquelle il leur sera demandé de justifier leur position.

Le récent dépôt patronal a été reçu par la FSE-CSQ semble avoir été reçu par les enseignants comme une gifle au visage. « Quelle est la volonté réelle des directions d’établissement ? Qu’elles nous le disent ouvertement. Les masques, on n’en veut plus. Les enseignants du Québec ont été bafoués et ont subi leur lot de déception causée par des mirages et de fausses promesses. Ils méritent de meilleures conditions, ils méritent le respect et ils méritent qu’on leur donne l’heure juste », affirme Mme Chiasson.

Ses membres

Le Syndicat de l’enseignement de la région du Fer représente 1 500 membres provenant de la Commission scolaire du Fer, de la Commission scolaire du Littoral et de la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord. Dans ces rangs, on retrouve du personnel enseignant de tous les secteurs. Il est affilié à la Fédération des syndicats de l’enseignement et à la Centrale des syndicats du Québec.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de