Prime de rétention : Les syndiqués mettent fin à la vigile

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque

Les syndicats affiliés à la CSN ont mis fin à la vigile qu’ils maintenaient depuis dimanche devant l’Assemblée nationale pour le maintien de la prime de rétention, offerte aux travailleurs de l’État de Sept-Îles et Port-Cartier.

Même s’ils n’ont pas réussi à obtenir d’engagement de Québec, les représentants syndicaux «estiment avoir atteint leurs objectifs» en amenant les enjeux de l’abolition de la prime de 8% sur «la place publique comme jamais auparavant» et en «sensibilisant personnellement» le président du Conseil du trésor du Québec, Martin Coiteux.

«Il est indéniable aujourd’hui que la population et les élus de tout le Québec connaissent l’enjeu du retrait de cette prime et savent que nous sommes déterminés à tout mettre en œuvre afin de contrer cette attaque à notre région tout entière», a indiqué le président du Syndicat des techniciens et professionnels de la santé, Yvon Payeur.

Les syndiqués disent également avoir reçu l’appui de «tous les partis d’opposition» depuis les derniers jours. Mercredi, Québec solidaire et la députée de Duplessis ont déposé une motion en faveur des syndiqués, qui a finalement été bloquée par les libéraux.

Quelque 2500 travailleurs du secteur public de Sept-Îles et Port-Cartier touchent la prime de rétention de 8%. Les syndicats estiment que le retrait de la prime soustrairait 10 millions $ dans l’économie régionale.

La convention collective des quelque 541 000 travailleurs du secteur public est échue depuis le 31 mars.


(Photo: Clément Allard)

 

 

 

 

Partager cet article