Port-Cartier peaufine ses mesures d’urgence

Photo de Jean-Christophe Beaulieu
Par Jean-Christophe Beaulieu
Port-Cartier peaufine ses mesures d’urgence
La visibilité était nulle en plusieurs endroits mardi et mercredi en raison de la poudrerie.

Suite à la fermeture de la route 138 le 26 février, les membres du comité d’urgence de la Ville de Port-Cartier ont dû se coordonner pour accueillir les voyageurs coincés dans la région. C’est la troisième fois que le comité est mis à bon usage cette année.

Beaucoup se souviendront de l’hiver 2019 dans la région en raison des abondantes chutes de neige, mais également les fermetures de route. Ils étaient d’ailleurs plusieurs à être bloqués soit à Sept-Îles ou à Port-Cartier le 26 février suite à la fermeture de la 138. Un centre d’hébergement a dû être ouvert à Port-Cartier pour accommoder les voyageurs ne pouvant poursuivre leur route.

«C’était les bonnes mesures à prendre. Il valait mieux ça que de les voir tenter le diable et d’essayer de se rendre à leur destination», soutient le maire de Port-Cartier, Alain Thibault.

En coordination avec la Sécurité publique et la Sûreté du Québec, le comité d’urgence de la Vile de Port-Cartier a pris la décision d’aménager l’agora du Complexe récréatif et culturel de Port-Cartier pour accueillir les gens coincés sur place. Ils étaient une trentaine à dormir sur place.

«Nos gens du comité ont fait un très bon travail. C’est sûr que ce sont des situations exceptionnelles, on ne vivra pas ça trois ou quatre fois par hiver. En même temps, ça nous permet de peaufiner notre manière de faire», affirme M. Thibault.

Rencontre d’évaluation

Le comité d’urgence en était à sa troisième situation d’urgence à gérer. Il avait été réuni lorsqu’un homme s’était barricadé dans son logement en janvier dernier et où une quarantaine de personnes avaient dû été évacuées. Le comité avait aussi coordonné l’évacuation des aînés de la Villa.

«On aura bientôt une réunion d’évaluation où on fera un post mortem des évènements pour voir qu’est-ce qui serait à corriger à l’avenir. Le but est de s’améliorer et de mieux faire face à une prochaine situation. C’est une opportunité en ce sens-là, on en sortira grandi», assure le maire de Port-Cartier.

Partager cet article