Le CPE «Sentier des Merveilles» ouvre ses portes

Le CPE «Sentier des Merveilles» ouvre ses portes

Une partie de l’équipe devant les locaux du 20, boulevard des Îles.

Crédit photo : CPE Touchatouille

L’ouverture officielle du «Sentier des Merveilles», la deuxième installation du CPE Touchatouille de Port-Cartier, aura lieu le 29 novembre. C’est une longue saga qui se termine bien.

L’attente aura été longue, tout comme la liste des enfants inscrits, mais l’ouverture officielle de la deuxième installation est prévue pour la fin du mois. Opérationnel depuis mai dernier, «Le Sentier des Merveilles» a soulagé plusieurs dizaines de parents. Il faut dire que la saga du CPE port-cartois durait depuis belle lurette.

En 2014, alors que le terrain était fin prêt pour la construction des installations, une réglementation provinciale venait changer la donne en modifiant les normes de financement des nouvelles constructions. Chantale Johnson, directrice du CPE à l’époque, affirmait alors que c’est 850 000 $ qui devrait être fourni par l’organisme pour les 80 nouvelles places en garderie. Deux ans plus tard, on apprenait que c’est l’ancien salon de quilles de la municipalité qui accueillerait le projet de CPE. Avec la venue supposée de Ferro-Québec, le besoin se faisait plus pressant.

«Ça a été un projet plutôt controversé à Port-Cartier, il y a même eu un référendum parce que des gens n’étaient pas d’accord qu’on prenne un bâtiment de la Ville. Ça a été toute une saga», affirme la nouvelle directrice, Ariane Dufour.

L’achat de l’ancien salon de quilles par la Ville de Port-Cartier dans le but de réaliser ce projet avait effectivement été critiqué. La municipalité avait versé 305 800$ au Club social et de curling de Port-Cartier pour l’achat du bâtiment, alors que le club l’avait acquis pour une somme symbolique de 1$ de la part d’ArcelorMittal.

Équilibre atteint

L’accueil des enfants ayant eu lieu le 7 mai dernier aux nouveaux locaux, l’équilibre entre les besoins et l’offre de place a été atteint, juge Mme Dufour.

«Le besoin pour les nouveaux locaux vient d’une très longue liste d’attente et de la demande des parents. Il y a toujours eu des garderies en milieu familial à Port-Cartier, mais certains parents considéraient qu’il y avait un manque d’options et souhaitaient un endroit régi par le gouvernement. La demande était très forte pour l’accès à des services de garde de qualité.»

Selon la directrice du CPE, les nouvelles installations sont un attrait «non négligeable» pour le développement de Port-Cartier.

«Avoir accès à des places en CPE quand tu arrives de l’extérieur, c’est un plus. C’est attirant pour les entreprises, pour leurs employés et ça favorise l’arrivée de nouvelles familles», mentionne-t-elle.