Plan Nord: Création d’une coalition de vigilance

Des organisations syndicales et des groupes communautaires ont formé la Coalition vigilance Plan Nord, afin de s’assurer que le Plan Nord s’effectue dans un véritable modèle de développement durable.

Le but de cette nouvelle coalition est de permettre aux organismes membres de travailler en concertation, d’avoir une meilleure vision du développement à venir et d’obtenir un plus grand poids politique. «Nous ne sommes pas contre le Plan Nord. C’est une excellente nouvelle qui nous démontre à quel point notre société est riche, mais nous avons quelques réserves», a précisé Guillaume Tremblay, du Conseil central Côte-Nord de la CSN.

Les premières réserves proviennent de la vitesse à laquelle le développement se fait, ainsi que de l’absence de consultation de la population, notamment sur les aspects social et environnemental. Dans le domaine environnemental, les membres du groupe sont préoccupés par la façon dont on développera le territoire qui ne sera pas protégé, ainsi que par la Loi sur les mines.

«Il y a des rumeurs d’élections anticipées et il faut qu’il y ait adoption du projet de loi avant. Nous ne sommes pas satisfaits de ce projet, mais il y a des éléments qui peuvent permettre un développement plus harmonieux. La loi actuelle est désuète et ses règles, peu efficientes», a commenté Sébastien Caron, du Conseil régional de l’environnement.

La coalition questionne également les retombées que produira le Plan Nord. «Pour qui est-il fait et à qui va-t-il servir?», a demandé Guillaume Tremblay. Présentement, peu de retombées sont directement perceptibles en région et certaines municipalités connaissent de plus en plus de pressions liées au développement. La coalition s’inquiète des problèmes sociaux, notamment liés au logement, aux services de garde, à l’éducation et à la santé.

Elle croit qu’on devrait se baser sur les expériences précédentes afin d’éviter de recréer des villes qui s’effondrent lorsque le prix des ressources naturelles redescend.

Richesse collective
La coalition désire aussi surveiller la répartition de la richesse collective suscitée par le Plan Nord. «Actuellement, on a l’impression que les mécanismes en fonction ne permettent pas de bien répartir la richesse», a souligné Michel Savard, de la Table des groupes populaires. Du côté des conditions féminines, certains sujets sont aussi considérés comme préoccupants.

Kathy Imbeault, du Centre de femmes l’Étincelle, souhaite que le dossier des services de garde soit analysé, afin d’offrir aux femmes une opportunité de prendre également part au développement.

Par ailleurs, l’éducation et l’offre de formation sont aussi préoccupantes pour les membres de la coalition. «En éducation, il faut penser à long terme. La situation actuelle peut aggraver le décrochage scolaire en attirant les jeunes avec les salaires élevés. Quand ce sera fini, on se retrouvera avec des gens qui n’ont pas de formation et plus d’emploi», a mentionné Claude Soulière, de la CSQ.

Forum
Comme première action, la Coalition vigilance Plan Nord organisera un forum nord-côtier sur le Plan Nord, le 24 mai au cégep de Baie-Comeau. Cette activité est d’abord destinée aux membres des organismes qui font partie de la coalition, mais pourrait être plus largement ouverte selon le nombre d’inscriptions.

La Coalition vigilance Plan Nord, d’envergure régionale, représente plus de 10 000 membres d’organisations syndicales et de groupes communautaires. Après le forum, elle continuera ses interventions ponctuelles et pourrait organiser d’autres activités. Elle est également ouverte à travailler avec les différentes instances de la région pour s’assurer que les richesses crées vont rester dans la région pour le bien-être collectif.

Photo : Le Manic