Plan contre l’itinérance: Un 160 000$ «très bienvenu» pour Transit Sept-Îles

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Plan contre l’itinérance: Un 160 000$ «très bienvenu» pour Transit Sept-Îles

Le directeur de Transit Sept-Îles, Doris Nadeau, se réjouit du versement de 157 500$ du gouvernement à son organisme dans le cadre du Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020. Pour M. Nadeau, le gouvernement «reconnaît enfin» les problèmes d’itinérance en région éloignée.

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, a annoncé le 7 décembre l’ajout de 4,6 millions $ sur cinq ans aux sommes déjà allouées à la lutte contre l’itinérance dans le cadre du Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020.

«Avec le plan d’action, nous démontrons clairement la volonté de notre gouvernement de prévenir et de réduire l’itinérance. Ce phénomène ne touche pas seulement les hommes, mais aussi les femmes, et il ne se vit pas uniquement dans les grands centres urbains», a affirmé la ministre Charlebois.

Sur la Côte-Nord, cette bonification de l’enveloppe se traduit par un financement non récurrent de 157 500$ pour les cinq prochaines années. «Ça fait 10 ans qu’on travaille sur une politique sur l’itinérance. Dépendamment des élections et des gouvernements, ç’a toujours été reporté aux calendes grecques», a affirmé Doris Nadeau. Ce dernier ne connaît pas encore les modalités de ce financement, lui qui a appris la nouvelle par les médias jeudi.

«Ça va faire du bien. Pour nous, si on prend le minimum, c’est-à-dire 30 000$ par année, ça veut dire un employé de plus. On peut se permettre maintenant d’héberger 12 lits d’ici le début avril. Et on en aura besoin dans cette période d’austérité», a mentionné le directeur du Transit.

Même si les locaux de l’organisme contiennent 12 lits, il n’était possible d’accueillir que 8 ou 9 personnes puisqu’il n’y avait qu’un intervenant. Une question de norme selon Doris Nadeau. Ce dernier est surtout heureux de la reconnaissance des besoins dans la région. «Oui, il y a de l’itinérance sur la Côte-Nord. Enfin, ils (le gouvernement) s’en sont rendu compte», a-t-il lancé.

«Je me réjouis de cet appui à cet organisme qui offre de l’hébergement de dépannage aux personnes en situation précaire dans l’ensemble des MRC de la Côte-Nord. Il est important de maintenir le nombre de places en refuge dans la région et de favoriser la réinsertion sociale des personnes en situation d’itinérance», a réagi le ministre responsable de la Côte-Nord, Yves Bolduc.

M. Nadeau a été consulté dans le cadre de ce plan d’action «pour faire le portrait de l’itinérance dans la région». «J’ai parlé au nom de la Côte-Nord. Je donnais des chiffres», a-t-il expliqué. Depuis 10 ans, Transit Sept-Îles héberge en moyenne 300 personnes par année.

(Photo Archives)

Partager cet article