Perspectives 2017 à Sept-Îles: Une année de positionnement, selon Réjean Porlier

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Perspectives 2017 à Sept-Îles: Une année de positionnement, selon Réjean Porlier
Réjean Porlier.

Alors que 2016 était une année de transition, 2017 s’annonce pour être une année de positionnement, selon le maire de Sept-Îles Réjean Porlier. Maintenant que la question de l’accès à la Pointe-Noire est réglée, le maire espère maintenant un approvisionnement en gaz naturel d’ici la fin de l’année.

Même si le prix des ressources naturelles s’est stabilisé à un niveau «qui commence à être intéressant» pour les producteurs, Réjean Porlier demeure réaliste et ne s’attend à «une grande croissance» économique en 2017.

«Jongler avec un budget où il y a moins de croissances, c’est toujours difficile. On a quand même eu la Société du Plan Nord qui a acquis Pointe-Noire en 2016, ce qui a amené un montant important en taxe de bienvenue, en droit de mutation. Il y a aussi eu la nouvelle prison avec des revenus de taxes intéressants, mais en 2017 on en anticipe pas beaucoup» de nouvelles sources de revenus, a mentionné le maire.

Gaz naturel

Maintenant que l’accès à la Pointe-Noire est assuré avec l’achat des anciens actifs de Cliffs par Québec, Réjean Porlier compte sur un approvisionnement rapide en gaz naturel pour positionner Sept-Îles vers une reprise économique. «En 2017, j’ose espérer que le gaz naturel, on va être plus avancé. J’ai bon espoir que Bourque, il va sortir de quoi d’intéressant de là», indique-t-il en faisant référence à un gisement appartenant à Pétrolia en Gaspésie. Le gaz naturel exploité à Bourque serait liquéfié et transporté sur des barges par l’entreprise Tugliq.

«J’ai encore bon espoir que les stocks seront confirmés, et tantôt, on va trouver une façon de l’acheminer sur la Côte-Nord à un bon prix pour que le gaz naturel devienne un outil de développement comme on l’espère depuis longtemps», explique Réjean Porlier. Ce dernier se dit «confiant» que d’ici la fin de 2017, «on va commencer à recevoir des approvisionnements».

Entrepreneuriat

En 2017, le maire de Sept-Îles compte aussi poursuivre ses efforts pour diversifier l’économie par le biais de l’entrepreneuriat. «J’ose espérer qu’on aura créé notre espace entrepreneurial. Un milieu propice aux start-ups, aux départs d’entreprises», explique-t-il. Cet espace pourrait ressembler au Centre d’affaires Premières nations, situé aux Galeries Montagnaises, c’est-à-dire un espace pour de la formation, des ressources administratives et urbanistiques qui favorise les échanges entre personnes.

Pour favoriser l’entrepreneuriat, «il faut qu’une entreprise en démarrage ne se heurte pas à une porte de la ville. Il faut qu’elle sente qu’on la prenne en main». Et présentement, «une perception» fait en sorte que les entrepreneurs se butent aux bureaux de l’urbanisme. «On a une bonne équipe, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a une perception sur laquelle il faut travailler. Il faut être plus en mode accompagnement», a expliqué Réjean Porlier.

Finalement, la maire compte en 2017 «continuer à asseoir toute la question de la qualité de vie», ce qui passe par une mise en application des préoccupations soulevées lors du Forum citoyen d’avril 2016. «Il faut mettre en place ce qui a été soulevé. Il n’y a pas eu de pelletage de nuage là-dedans».

+++

Réjean Porlier sollicite un nouveau mandat

Réjean Porlier a annoncé avant les Fêtes qu’il se représentait à la mairie de Sept-Îles lors des élections municipales qui auront lieu partout au Québec au mois de novembre. Si 2017 est une année électorale, M. Porlier ne compte pas faire des bonbons électoraux.

Alors que les élections municipales auront lieu l’automne prochain, doit-on s’attendre à des annonces pour séduire les électeurs de la part du maire? «Est-ce que j’ai déposé un budget électoral?», questionne aussitôt Réjean Porlier. «Les gens qui s’attendent à ça (des décisions électoralistes), ils vont être déçus, a mentionné le maire en rappelant la «cohérence» de son discours depuis quatre ans.

«Moi, je sais où je m’en vais. J’ai l’ambition de faire des choses qui ont un impact sur le moyen et le long terme et non sur la prochaine élection», a mentionné Réjean Porlier.

Partager cet article