Omi Mouna ou la violence de père en fils

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Omi Mouna ou la violence de père en fils
Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère), de Mohsen El Gharbi, sera présenté ce samedi 24 octobre à la Salle Jean-Marc Dion de Sept-Îles. Photo Alex Paillon

Ce samedi 24 octobre à 19 heures à la salle Jean-Marc-Dion, l’auteur, metteur en scène et comédien Mohsen El Gharbi propose sa pièce Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère).

Avec cette pièce, inspirée de faits vécus, l’auteur s’interroge sur la source de la violence subie durant son enfance. Dominé par la peur d’avoir hérité de la brutalité de son père, il retrace ses racines afin d’en savoir plus.

Le protagoniste va donc en Tunisie rencontrer son arrière-grand-mère, Omi Mouna, afin de découvrir l’histoire de sa famille. Il se retrouve projeté à l’époque où Omi Mouna « n’était qu’une jeune fille luttant courageusement contre cette apparente inéluctabilité », selon le communiqué du Centre des arts.

El Gharbi dit avoir créé, en se basant sur du matériel existant, « une histoire de transmission de la violence dans une famille, la mienne, où la violence paraît se léguer de père en fils ».

Il y a tout de même de l’espoir qui sort de ce spectacle, car la pièce met en lumière « la longue histoire de la résilience des femmes ou plus généralement de la lutte de tout être humain contre l’aliénation qu’il doit subir ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires