Minganie sans uranium maintient la pression sur Uracan

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Le regroupement citoyen Minganie sans uranium (MSU) ne compte lâcher prise dans le dossier de l’exploration uranifère dans leur région. En plus de continuer d’exiger le départ de l’entreprise Uracan, les opposants à l’uranium présenteront un autre spectacle en plus de procéder à d’autres actions sur le terrain. MSU a également répliqué aux propos du porte-parole de l’entreprise tenus durant une entrevue à CILE FM.

Minganie sans uranium souhaite vérifier que les travaux se font dans les normes et n’hésitera pas à demander une enquête de la part de la CSST si les témoignages et les informations laissaient planer un doute sur la sécurité et la santé des employés. MSU veut s’assurer que les radiations n’atteignent pas les employés. Un appel à d’anciens travailleurs qui ont travaillé dans le région a été lancé.

Après Longue-Pointe-de-Mingan, c’est maintenant à Nutakuan qu’un spectacle «radioactif» sera présenté le 14 février, à la demande des citoyens de l’est de la région. «Le but est de sensibiliser les gens de ces municipalités face aux dangers d’une mine d’uranium tout en les divertissant», a soutenu le regroupement.

Répliques à Uracan
Depuis le décret de la MRC de Minganie d’un moratoire sur toute activité uranifère sur les 50 premiers kilomètres depuis le littoral, le Nord-Côtier a tenté à plusieurs reprises de parler au porte-parole d’Uracan, qui explore le sous-sol de la région à la recherche d’uranium. Il n’a toutefois été impossible de discuter avec Yvan Loubier.

Celui-ci a cependant accordé une entrevue à CILE FM, de Havre-Saint-Pierre, et Minganie sans uranium a tenu à répliquer à certains propos du porte-parole d’Uracan. M. Loubier y affirmait que l’entreprise allait réfléchir à la clause de la MRC, mais allait recommencer les travaux en mars. MSU se défend également d’être antidémocratique comme l’a soutenu M. Loubier. Le regroupement populaire croit qu’il y a la loi d’un côté, fruit d’un processus démocratique, et les mouvements populaires, découlant d’une démocratie directe.

Minganie sans uranium averti d’ailleurs Uracan. «Nous sommes à organiser une autre sortie de vigilance afin de visiter les autres sites d’Uracan, dont celui visé pour le début des travaux en mars, au nord d’Aguanish.»

Partager cet article