Mélodie Bouchard dispute sa dernière saison de hockey universitaire

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Mélodie Bouchard dispute sa dernière saison de hockey universitaire
Mélodie Bouchard

Mélodie Bouchard entame sa cinquième et dernière saison de hockeyeuse aux couleurs des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa. Ses coups de patin de la campagne 2019-2020 du circuit universitaire québécois (avec des équipes de l’Ontario) pourraient fort bien être ses derniers au niveau compétition.

« Je veux essayer de m’amuser. Ça passe vite, je veux en profiter », a souligné la jeune femme de 25 ans vendredi, en marge du week-end d’ouverture de la saison. Elle a dit avoir longuement réfléchi au cours de l’été à savoir si elle disputerait cette dernière année.

Bouchard, détentrice d’un baccalauréat depuis le printemps dernier en sciences sociales et quatre mineures en poche (anthropologie, service social, loisir et gestion du sport) se dit prête à faire sa vie, « j’ai déjà mon tracé de fait », ayant déjà un emploi à la Ville de Gatineau comme gestionnaire aux loisirs et aux sports. « Mon employeur m’accommode au travers mes trois cours et le hockey. »

La Septilienne ne ferme cependant pas la porte à une poursuite du hockey. « On ne sait pas ce qui peut arriver », a-t-elle laissé entendre, parlant du retour de la Ligue canadienne de hockey féminin ou de se tourner vers l’Europe.

Objectifs

À l’aube de cette dernière saison qui s’est amorcée dimanche avec un duel contre les Stingers de Concordia (revers de 5-4), Mélodie Bouchard ne veut pas trop se mettre de pression. Elle dit avoir connu deux ou trois saisons qui ont moins bien été en raison de cet aspect.

« On a une bonne équipe, avec une belle profondeur. Ça me permettra de ne pas trop en faire. Les points n’ont jamais été importants pour moi, pour gagner des championnats, mais je veux scorer, lancer plus. Collectivement, on vise une partie à la fois. »

La hockeyeuse, qui baigne dans ce sport depuis près de 18 ans, entend se donner au maximum pour ce qui pourrait sonner la fin de sa carrière. « On ne peut pas revenir en arrière. Je veux revoir la Mélo des beaux jours. »

Elle ne veut cependant pas penser tout de suite à cette fin, mais elle dit tout de même l’appréhender, même si elle a déjà un futur planifié. « J’ai vécu ce que j’avais à vivre », a-t-elle mentionné, fière de dire qu’elle a pris part aux Universiades à deux reprises.

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de