Le maire de Port-Cartier lance un cri du cœur pour aider une famille

Le maire de Port-Cartier lance un cri du cœur pour aider une famille

Avec l’arrivée du jeune garçon, le logement deux-pièces du couple devient encore plus inadéquat.

Crédit photo : courtoisie

Devant une situation qu’il juge difficilement acceptable, le maire Alain Thibault fait appel aux Port-Cartois pour l’aider à venir en aide à une famille dans le besoin.

Sonia Imbeault et Benoit Bezeau sont bien connus à Port-Cartier. Ayant chacun perdu l’usage de leurs jambes, ils vivent ensemble depuis bientôt trois ans dans un appartement de deux pièces qui est loin d’être adapté à leur condition. En novembre dernier, ils ont invité le maire Alain Thibault à visiter leur logement.

«C’est là que j’ai pu me rendre compte à quel point ça n’avait pas de bon sens. C’est très étroit et j’ai vu toutes les contraintes et difficultés que ça peut leur causer. Je me suis dit : il faut faire quelque chose pour les aider. Étant un grand sensible de nature, ça m’a énormément touché», affirme le maire Thibault.

Confinés

Les déplacements à l’intérieur du petit appartement sont effectivement toute une aventure pour Mme Imbeault et M. Bezeau. Il est presque impossible de s’y mouvoir en fauteuil roulant. Et maintenant que le fils de Mme Imbeault viendra bientôt demeurer à temps plein avec eux, cette dernière souhaite pouvoir lui offrir un minimum d’espace de vie.

«En fait, c’est lui notre priorité. Je veux absolument qu’il puisse avoir une chambre, question d’intimité, c’est la moindre des choses», indique-t-elle.

«On ne cherche pas à avoir toutes les commodités, mais tout simplement suffisamment d’espace. On veut pouvoir vivre en famille, tous ensemble.»

Le couple est inscrit depuis quatre ans à l’Office municipal d’habitation (OMH) pour avoir accès à un appartement adapté. Les démarches sont jusqu’à présent sans succès. Le programme «PAD», qui vient en aide aux personnes souffrant de handicaps, ne pourrait rien pour eux non plus.

«On a donc regardé par nous-mêmes et fait des centaines d’appels téléphoniques pour trouver des logements ou des propriétaires qui pourraient nous aider. Ça nous cause pas mal de stress de ne pas savoir où on s’en va. On arrive à garder le moral et le sourire, mais comme à tout le monde, ça nous arrive d’avoir des baisses. De voir que le maire s’implique comme il le fait pour nous, ça nous aide à garder espoir», admet Sonia Imbeault.

Elle n’aurait d’ailleurs jamais cru être épaulée de la sorte par le maire de la municipalité dans la recherche d’un logement convenable.

«Vous ne pouvez pas savoir à quel point on apprécie qu’il s’engage directement pour nous aider. C’est incroyable. Depuis qu’on le connait, il nous dit qu’un jour il travaillerait pour nous aider, mais on ne pensait pas que ça irait jusque-là. Encore ce matin, il était au téléphone avec nous.»

Appel à tous

Selon M. Thibault, il fait partie des devoirs d’un maire de veiller à la qualité de vie de ses citoyens.

«Eux, ils n’en ont pas à l’heure actuelle. La solution est de trouver un appartement assez spacieux et un minimum adapté à leur situation. Pour y arriver, tout le monde doit mettre l’épaule à la roue, le CISSS et l’OMH aussi. Il y a aussi la possibilité pour les propriétaires d’obtenir des subventions pour adapter un de leurs logements», souligne-t-il.

Il invite les citoyens à le contacter directement à la mairie pour lui faire part de leurs idées.

«J’étais à court de ressources, mais avec ce cri du cœur, je suis confiant que l’on aura des réponses positives.»

Pour sa part, Sonia Imbeault est persuadée que les gens de Port-Cartier aideront à trouver une solution.

«On le sait, ce sont des gens généreux avec le cœur sur la main. Mais on ne restera pas là à ne rien faire, on est prêt à organiser une activité de financement et s’en occuper. On est encore jeunes! Nos jambes ne fonctionnent peut-être plus, mais nos bras et nos têtes sont toujours là.»