L’observation responsable des oiseaux

Photo de Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
L’observation responsable des oiseaux
Courtoisie

La Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan est un lieu qui permet d’observer une grande variété d’espèces d’oiseaux. Par contre, il y a plusieurs recommandations à suivre pour que l’observation soit respectueuse et sécuritaire pour la faune aviaire.

Quelque 40 000 couples d’oiseaux marins nichent sur les îles, dont les plus grandes populations d’eiders à duvet, de sternes pierregarins et de sternes arctiques du golfe Saint-Laurent, ainsi que quelques colonies de macareux moines. Ce sont plus de 200 espèces d’oiseaux qu’on retrouve à la Réserve de parc national.

Le passage des oiseaux à l’Archipel-de-Mingan comprend une période de nidification. La gestionnaire de la conservation, Aurore Pérot, explique que ce moment se déroule principalement entre le 1er mai et la fin août pour la plupart des espèces.

Cette période de nidification demande beaucoup d’ajustement pour Parcs Canada. Il faut conjuguer protection des espèces tout en assurant un accès aux visiteurs.

Durant la nidification, Parc Canada surveille étroitement les différentes espèces pour surveiller le nombre et s’assurer qu’une des espèces n’est pas en danger. « Cela nous permet de suivre dans le temps l’état de santé du parc, il y a donc certaines espèces d’oiseaux qui sont nos indicateurs », affirme Aurore Pérot.

La protection des espèces durant la nidification implique aussi que certaines îles doivent être fermées parce qu’il y a un grand nombre d’oiseaux marins. D’ailleurs, on les surnomme les poulaillers en raison du grand nombre de nouveau-nés.

Bien agir

L’Archipel-de-Mingan représente un lieu parfait pour les gens qui souhaitent observer ou pratiquer la photographie des nombreuses espèces d’oiseaux présentes sur le site. Il y a quelques conseils à suivre pour pratiquer ces activités.

Tout d’abord, il est conseillé de bien planifier son expédition en consultant le site Web de l’organisme pour savoir quels sont les endroits accessibles et ceux qui ne le sont pas. Aurore Pérot rappelle que si on se retrouve à proximité de certains oiseaux, il est important dans ce cas de regarder le comportement de l’espèce. Certains vont fuir, tandis que d’autres pourraient être plus agressifs. « Ce type de comportement doit nous faire réaliser que nous sommes alors dans un secteur où il y a de la nidification. Il faut alors se déplacer lentement et s’éloigner de la zone. »

Il est aussi important de rester sur les sentiers et de suivre la signalisation qui est en place. Pour les photographes, il est important de ne pas être trop proche du nid. La gestionnaire à la conservation explique que cela peut avoir des impacts importants sur certaines espèces qui peuvent abandonner leur nid.

Pour ceux qui sont en bateau, il faut approcher lentement les lieux de nidifications pour ne pas effrayer les parents qui par peur pourraient laisser les oisillons seuls et sans défense. Il faut aussi éviter d’ancrer son bateau face à une colonie d’oiseaux marins.

Macareux moine

L’une des espèces emblématiques à la Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan est le macareux moine. La population de cette espèce est jugée bonne et stable alors qu’il y a plus de 800 individus présents sur le site.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de