Litige sur le prix du crabe: Un fossé sépare les deux parties

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Litige sur le prix du crabe: Un fossé sépare les deux parties

L’absence de relation de confiance entre les pêcheurs de crabe de la zone 16 et l’Association québécoise des industriels de la pêche (AQIP) fait en sorte que les deux parties ne s’entendent pas sur le prix du crustacé depuis 4 ans. Une situation qui culmine cette année avec le boycott des transformateurs.
Dans sa décision d’arbitrage sur le prix du crabe des neiges pour l’année 2014, en février, la Régie des marchés agricoles et alimentaires affirme que «l’absence d’une relation de confiance entre les deux parties risque à nouveau d’obliger un nouvel arbitrage pour 2015 si les parties ne parviennent pas à établir les bases d’une collaboration avantageuses pour les parties qui dépendent l’une de l’autre».
Cette remarque de la Régie pourrait bien se concrétiser, alors que l’AQIP a demandé aux usines de transformation de la région de refuser de transformer le crabe des neiges pêché par les pêcheurs de la zone 16, qui s’étend de Pointe-des-Monts à Natashquan, ce qui compromet la saison de pêche.
L’Office veut le même prix que les Gaspésiens
Selon les délibérations sur le prix de la saison 2014, l’Office des pêcheurs de crabe des neiges de la zone 16 «poursuit l’objectif, depuis sa création, d’obtenir un prix équivalent à celui obtenu par les pêcheurs de la zone 12», une zone située au sud du golfe Saint-Laurent et utilisée par les pêcheurs de la Gaspésie, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard.
Pour se rapprocher de cet objectif, l’Office propose que le prix soit déterminé par une formule qui se réfère au Seafood Price Current. L’Office mentionne que «l’utilisation du Seafood Price Current offre une lecture représentative et objective de la valeur du crabe des neiges congelé sur le marché».
En 2014, les pêcheurs réclamaient un prix de 2,75$ la livre, ce qui était tout de même inférieur au prix reçu par les pêcheurs de la zone 12, soit 2,89$/livre. L’Office des pêcheurs explique cet écart à cause d’une surprime de 0,15$ la livre, versé par les acheteurs aux pêcheurs gaspésiens, en raison de la concurrence des usines du Nouveau-Brunswick.
Or, l’Office «affirme ne pas faire confiance à l’AQIP» et craint «que le prix offert par cette association soit volontairement inférieur à la valeur du crabe sur le marché, afin de permettre aux entreprises de pouvoir offrir une surprime aux pêcheurs de la zone 12».
Demande de l’Office «irréaliste», selon l’AQIP
De son côté, l’AQIP «précise que le contexte de concurrence dans lequel évoluent les usines de transformation de la Gaspésie favorise les pêcheurs de la zone 12» et «exerce des pressions à la hausse sur le prix versé aux pêcheurs de cette zone».
Le fait que les usines de la Gaspésie transforment d’autres espèces, comme le homard, «leur permet d’offrir des prix plus élevés aux pêcheurs de crabe de la zone 12, ce qui n’est pas le cas des usines de la Côte-Nord». L’AQIP «propose de fixer le prix à verser aux pêcheurs sur la base du prix réellement obtenu sur le marché […] lequel est inférieur au Seafood Price Current». Pour l’AQIP, la demande de l’Office est «irréaliste».
Pour l’instant, la Régie n’a pas encore reçu de demande d’arbitrage pour la présente saison. Le litige entre les deux parties se poursuit.

(Photo – Le Nord-Côtier)

Partager cet article