L’insomniaque Jean-Claude Gélinas

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
L’insomniaque Jean-Claude Gélinas
Réjean de Terrebonne, un incontournable du spectacle Tout ou rien de Jean-Claude Gélinas. (Photo : courtoisie )

Vous souffrez d’insomnie parce que votre cerveau fonctionne à 100 km à l’heure du matin au soir, 365 jours par année? Bienvenue dans l’univers de Jean-Claude Gélinas alias Réjean de Terrebonne, personnage emblématique de cet humoriste qui fera deux arrêts sur la Côte-Nord, soit à Port-Cartier et Sept-Îles, les 11 et 12 avril prochain, pour vous dire Tout ou rien, son troisième spectacle solo.

C’est à se demander à quel combustible cet homme carbure depuis trente ans, conjuguant spectacles en solo, coanimation et production de capsules humoristiques pour la radio ainsi que la coproduction avec Dominique Paquet de l’émission Mets-y le Paquet à V.

Insomniaque certes, et il vous en touchera un mot dans la première partie de son show, reconnu pour enfiler des blagues qui «punchent» les unes après les autres, on se demande bien où il puise cette intarissable  inspiration.

«C’est une gymnastique. C’est comme quelqu’un qui est habitué de courir le 100 mètres. Moi ma gymnastique c’est au cerveau! Quand j’me couche le soir, je pense à des choses, je me tiens au courant de tout ce qui se passe, c’est comme ça que ça sort dans ma tête», lance l’humoriste, nous livrant que «c’est difficile à contrôler et à se détacher de mon travail».

Le truculent Réjean de Terrebonne

Au grand bonheur des fans de l’incontournable «Réjean de Terrebonne», son désopilant personnage pas plus sobre aujourd’hui qu’à sa création en début de carrière, le sympathique soulon portant fièrement son ceinturon de bières, s’incarnera de nouveau en deuxième partie de Tout ou rien.

«Les gens pensent que c’est un alcoolique fini mais ce n’est pas nécessairement ça. C’est un homme qui a des opinions sur la société avec son regard à lui et curieusement c’est ce qui touche beaucoup les gens».

Reconnu pour son franc-parler, «y’a pas de compromis quand je m’attaque à un sujet», Jean-Claude Gélinas reconnaît toutefois qu’il se met quelques garde-fous dans le traitement des blagues qui touchent tout autant la politique, l’environnement, le bonheur et la sexualité.

«Je n’ai pas de filtre nécessairement mais y’a des sujets que je ne toucherais pas. La pédophilie par exemple. J’essaie aussi de ne pas blesser les gens et de les rabaisser».

Dans la foulée des controverses qui jalonnent le métier d’humoriste depuis l’affaire Mike Ward et Jérémy Gabriel, il dénote à regret qu’il est plus contraignant en 2019 de s’exprimer en humour. Évoquant Yvon Deschamps, comme d’autres l’on fait récemment, il affirme que ce dernier ne pourrait pas aujourd’hui faire de l’humour comme il le faisait à l’époque.

«C’est plus difficile et c’est dommage d’une certaine manière. On est brimé dans notre liberté d’expression».

Une chose demeure certaine; si l’on se fie à l’affection naturelle du public pour le calembour, l’ironie et la plaisanterie, il y a fort à parier que Jean-Claude Gélinas et son alter-ego Réjean de Terrebonne sauront en dérider plus d’un avec Tout ou rien à 20h le 11 avril au Café-Théâtre Graffiti de Port-Cartier et le lendemain 12 avril à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de