L’humour mordant et authentique de Katherine Levac

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
L’humour mordant et authentique de Katherine Levac
Katherine Levac présentera Velours, son premier «one-woman-show», dans la région cette semaine.

Ce n’est pas sans raison que les salles de spectacles nord-côtières affichent presque toutes «Complet» pour Velours, le premier spectacle solo de Katherine Levac, cette humoriste que nous a révélé les séries télévisuelles Like-moi et SNL Québec. Sa dégaine, sa voix, son accent, sa «déstabilisante naïveté» et, affirmons-le, son authenticité forgent sa réputation.

Il n’y a pas si longtemps, cette Franco-Ontarienne bifurquait de ses études universitaires en littérature vers l’École nationale de l’humour.

Pourquoi lui a-t-on demandé? «En littérature, y’avait des cours de création littéraire, mais j’aimais ça quand ça tendait vers l’humour […] J’voulais juste gagner ma vie en écrivant des blagues», a-t-elle conté.

Une volonté sans conteste bien assumée comme en témoigne plus de 100 000 billets vendus depuis un an pour Velours, le premier «one-woman-show» de cette jeune humoriste qui, en 2015, recevait le tout premier Olivier de la Relève remis à une femme.

Velours

Ne vous attendez pas à retrouver ces personnages chéris qui l’ont tant fait connaitre à la télévision. Bien sûr on pense tout de suite à Paidge Beaulieu et Rebecca-Sophie quoique… elle pourrait en discuter.

Velours incarne pour elle la vie des jeunes de sa génération, de ceux et celles qui l’ont eu facile, sans trop d’embûches. «Je trouvais même ma vie plate. J’ai une vie de velours», assume-t-elle avec front.

«Dans mon spectacle, je ris beaucoup des gens de ma génération, mais je ris aussi beaucoup des gens de la génération de ma grand-mère. Dans la salle, y’en a des grand-mères et ça les fait rire de rire de moi, et de rire d’eux-mêmes», souligne Katherine Levac, tout en affirmant que le public québécois a ceci de particulier qu’il aime rire de lui-même.

Authentique et franche

Qui est la Katherine Levac derrière l’humoriste, est-ce la même? « Ah ben oui! Elles se ressemblent vraiment. J’pourrais pas faire chaque soir sur scène des choses que j’pense pas, que j’ai pas vécues. Comme si tu vas sur une première « date » pis que t’agis comme si t’étais quelqu’un d’autre. Un moment donné tu vas être dans marde». Et d’ajouter! «Ben sûr on exagère, on accentue des affaires…»

Tout part de ce qu’elle a vécu, confirme-t-elle. «J’ai l’impression d’être sur scène encore plus sincère, encore plus dans la vérité que dans la vraie vie»!

Elle n’a que de bons mots pour David Beaucage qui co-écrit avec elle et pour Sonia Cordeau qui assume la mise en scène et qui grâce à leur naturelle complicité aurait réussi à bonifier en toute simplicité le spectacle qui dure tout de même 1h30 sans entracte.

Humoriste du monde sur Netflix

Katherine Levac a eu une chance inouïe récemment. Elle est une des quatre humoristes choisis par Netflix pour représenter le Québec dans la série internationale Humoriste du monde. «C’est un bel honneur», ajoute cette femme de son temps qui convient qu’elle est bien de sa génération, celle qui écoute peu la télévision et se nourrit à même les réseaux et les créneaux culturels offerts sur le web.

Étonnante et surprenante Katherine Levac que l’on pourra entendre nous parler d’elle, avec l’humour pince-sans-rire qui la caractérise si on a la chance de mettre la main sur un des rares billets restants. À vérifier donc avec les salles de spectacles Jean-Marc-Dion de Sept-Îles (7 mars) et de la Shed-à-Morue de Havre-St-Pierre (8 et 9 mars), puisque tous les billets se sont envolés pour le Centre des arts de Baie-Comeau (10 mars) ainsi que pour le Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier (6 mars).

 

Partager cet article