L’hôtel de ville de Sept-Îles fait parler de lui

Photo de Laurence Dupin
Par Laurence Dupin
L’hôtel de ville de Sept-Îles fait parler de lui

Alors que le sujet de l’hôtel de Ville de Sept-Îles est à l’ordre du jour du conseil municipal de ce soir, lundi 25 janvier, il fait déjà parler de lui. En effet, Le Devoir a fait paraître deux textes dans ses colonnes sur le sujet (un article de Jean-François Nadeau et une lettre ouverte de l’architecte Phyllis Lambert).

Ces textes n’ont pas manqué de faire réagir le maire Réjean Porlier. « À environ un mois d’intervalle, Le Devoir a fait paraître deux textes me décrivant comme un maire irresponsable n’ayant aucune sensibilité pour le patrimoine, prêt à négocier son hôtel de ville pour un stationnement », précise-t-il dans sa réponse envoyé au même journal.

Pour lui, il faut construire un nouveau bâtiment. Il explique : « Une fois rénové, il ne va pas regagner sa valeur patrimoniale, car il faudrait faire remettre à grands frais des choses qui ont été retirées bien avant que je ne sois à la mairie. C’est vrai qu’il a été dépouillé au fil des ans, mais cela avant que j’arrive. Ce n’est pas notre conseil qui a retiré les éléments patrimoniaux. »

Le maire précise aussi que l’hôpital a besoin de s’agrandir et va s’agrandir, « cela ne va pas aider à mettre en valeur l’hôtel de ville ». Et de préciser : «Il est complètement faux de prétendre qu’on nous a légué un bijou patrimonial et ce n’est pas ce que dit le rapport ».

Il précise que lui et le conseil municipal ambitionnent de construire un nouvel hôtel de ville, « qui répondra aux besoins et qui aura l’avantage d’être mis en valeur dans un endroit beaucoup plus propice ».

Le maire « invite M. Dufour ou tout autre personne intéressée à faire valoir leur point de vue, à le faire respectueusement, en tenant compte des enjeux qui ne sont pas les leurs mais qui à mon avis rejoignent une majorité de citoyens. Lorsque la passion passe au mépris et tente de mettre en doute la capacité d’une population à apprécier ce qui est bon pour elle, c’est que les arguments ne sont tout simplement pas à la hauteur », par le biais d’une publication Facebook.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires