Les quincailleries Unimat de la Minganie rachetées

Photo de Emy-Jane Déry
Par Emy-Jane Déry
Les quincailleries Unimat de la Minganie rachetées

Les quincailleries Unimat d’Havre-Saint-Pierre et de Natashquan ont été rachetées par de nouveaux investisseurs qui ont rappelé tous les employés et rouvert les portes des entreprises.

Les entreprises sous la protection de la Loi sur la faillite depuis 2014 avaient annoncé leur fermeture officielle en juin. La situation préoccupait énormément le milieu qui se retrouvait sans service de quincaillerie à proximité.

Nicolas Vigneault, qui avait quitté l’entreprise en 2009, a décidé d’y faire un retour en compagnie de trois autres partenaires locaux, soit Olivier Richard, David Nicole et Marc-André Gauthier. Les investisseurs ont racheté les entreprises au syndic, après avoir élaboré un plan d’affaires en collaboration avec la Caisse populaire.

La vingtaine d’employés des deux quincailleries a été rappelée.

«On leur a dit ce qui en était. On les a rencontrés un par un et en groupe pour leur expliquer comment nous allions agir pour ramener le positivisme», a dit M Vigneault.

Signaux positifs

Le propriétaire se dit optimiste quant à la situation économique de la Minganie.

«Ce que ça prend, c’est du positivisme sur la Côte-Nord. Quand on perd un emploi, on en parle beaucoup, et quand on en créé 3 ou 4, on n’en parle pas du tout alors que ça aussi ça se produit», a-t-il affirmé.

L’entente survenue récemment au sein de la Mine Tio entre l’employeur et les 230 travailleurs envoie un signal positif pour l’avenir, selon M. Vigneault.

«C’est des gens qui vont travailler, qui vont avoir des bons salaires et qui vont dépenser. Toutes ces choses-là nous montrent que la reprise revient tranquillement», a-t-il dit.

Nicolas Vigneault assure d’ailleurs que la clientèle est au rendez-vous depuis la réouverture des quincailleries survenue dans les dernières semaines.

Partager cet article