Les enseignants formés par l’UQAC en Minganie auront priorité d’embauche

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Les enseignants formés par l’UQAC en Minganie auront priorité d’embauche
(Photo : Pixabay.com)

Les enseignants qui seront formés à Havre-Sainte-Pierre par l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) auront priorité d’embauche à la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord (CSMCN).

La Commission scolaire est partenaire de l’UQAC dans ce programme annoncé le 20 février. La cohorte du baccaulauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire débutera à l’automne 2019.

La CSMCN souhaite pouvoir contrer la pénurie de main-d’œuvre qui la force CSMCN à embaucher des professeurs suppléants sans formation.

Une des particularités du programme est qu’il se donnera en formule adaptée sur environ cinq ans et demi plutôt que quatre ans. Les étudiants pourront donc travailler à temps partiel pendant le programme. La Commission scolaire s’engage pour sa part à les embaucher en priorité sur les remplaçants non formés.

«Cette formule nous permet dès le début du projet de pouvoir faire travailler ces gens-là, de les utiliser comme suppléants. Eux, ça leur permettra aussi de pouvoir mettre en application tous les apprentissages qu’ils feront pendant leur parcours», s’est réjouie Annick Dupuis, directrice des ressources humaines à la CSMCN, en entrevue à la Radio CILE Havre-Saint-Pierre.

Plusieurs besoins

De Rivière-au-Tonnerre à Natashquan, la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord a plusieurs postes à combler. Annick Dupuis évalue avoir besoin de trois enseignants à très court terme, sans compter le manque de professeurs suppléants.

De plus, la disponibilité de personnel qualifié supplémentaire permettrait d’affecter des sommes et des enseignants à des projets et services d’intervention.

Elle croit le fait d’offrir le baccalauréat en enseignement directement à Havre-Saint-Pierre éliminera certains obstacles personnels, familiaux ou financiers reliés aux études à l’extérieur de la région.

«On pense qu’on va rejoindre des gens qui n’auraient pas fait le saut», a-t-elle affirmé.

À sa connaissance, c’est la première fois qu’un programme de baccalauréat est offert directement en Minganie.

Les intéressés peuvent s’inscrire au programme sur la base de leur cursus scolaire ou en faisant valoir leur expérience professionnelle.

Les informations complètes sont disponibles sur le site web du Centre d’études universitaires de l’est de la Côte-Nord de l’UQAC.

Partager cet article