Les élus ne se laissent pas déconcentrer par les bas prix d’Air Canada

Photo de Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Les élus ne se laissent pas déconcentrer par les bas prix d’Air Canada
Photo courtoisie

Il en coûtera 219$ pour un aller-retour Montréal Sept-Îles sur les ailes d’Air Canada au début du mois de septembre. Ces bas prix ont fait réagir les élus de la région.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier a réagi à la nouvelle en affirmant : « On m’a toujours dit que Sept-Îles n’était pas rentable. Je pense que les prix qu’ils annoncent sont justes pour tuer la concurrence ».

De son côté, le maire de Gaspé et président du comité  sur le transport aérien de l’Union des Municipalités du Québec (UMQ), Daniel Côté, n’est pas surpris par la stratégie d’Air Canada qu’il qualifie de dumping. Bien que les prix soient très alléchants pour le consommateur, selon le maire Côté, de tels prix seront présents pour une courte période et il faut continuer à chercher une solution viable à long terme pour le transport aérien.

Les solutions

À la suite de la formation, d’un groupe de travail par le ministre des Transports François Bonnardel, pour trouver des solutions pour l’avenir du transport aérien en région, les Villes et organisations avaient jusqu’au 7 août pour déposer un mémoire au ministre.

L’UMQ souhaite la mise en place d’un organisme de gestion, en coopérative ou en régie qui aura pour mission d’assurer un service de qualité et des prix compétitifs pour les citoyens. Selon Daniel Côté, une organisation publique pourrait assumer les risques dans les périodes plus difficiles. De plus, le président du comité  sur le transport aérien de l’UMQ ajoute qu’une organisation de gestion pourrait avoir une vision plus à long terme du transport aérien parce que les défis sont nombreux. « Il faut habituer les gens de l’Est-du-Québec à prendre l’avion parce que ceux-ci n’y sont pas habitués parce que pendant des années, les prix prohibitifs faisaient que les gens ne l’utilisaient pas. Mais, il faudra du temps pour créer une clientèle nombreuse qui fera que le transport aérien en région soit très rentable. C’est là que l’idée d’un organisme de gestion et un soutien gouvernemental ont du sens.»

La Ville de Sept-Îles a aussi présenté un mémoire au ministre des Transports concernant le transport régional aérien. Selon la Ville, le statu quo n’est pas acceptable et un nouveau modèle doit être mis en place. Dans son mémoire, la Ville est favorable au modèle de la coopérative. Pour elle, les aéroports régionaux doivent servir d’outil de développement des régions. Réjean Porlier a affirmé lors de la séance du conseil municipal du 10 août : « Il faut mettre les aéroports au service des populations pour permettre un développement socio-économique. »

Avec Laurence Dupin

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de