Les élus mettent le cap à l’Est en 2019

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Les élus mettent le cap à l’Est en 2019
(Photo : Boris Lenzi)

Les élus de la Minganie et de la Basse-Côte-Nord se tournent vers l’Est en 2019 alors qu’ils placent tous le prolongement de la route 138 parmi leurs priorités.

Le dossier de la 138 sera à l’avant-scène dès janvier alors que le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, viendra rencontrer les élus sur la Côte-Nord.

Il avait déjà rencontré une délégation nord-côtière en novembre dernier à Ottawa, démontrant alors de l’intérêt pour une participation financière du gouvernement fédéral.

Cette visite fait aussi suite à celle à Sept-Îles du ministre provincial des Transports, François Bonnardel, à la mi-décembre.

Le dossier de la traverse Côte-Nord-Anticosti-Gaspésie sera d’actualité en début d’année alors que le ministère provincial des Transports dévoilera le rapport de l’étude de faisabilité commandée à l’été 2017.

Les municipalités de Rivière-au-Tonnerre, de Longue-Pointe-de-Mingan et de Havre-Saint-Pierre se sont montrées intéressées à accueillir le terminal nord-côtier d’un tel traversier.

Minganie

Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, prévoit un début d’année 2019 chargé alors que plusieurs dossiers majeurs sont à l’ordre du jour.

Dès janvier, les maires de la MRC tiendront une rencontre pour mettre à jour le plan de développement stratégique.

Le fonds de développement économique créé l’an dernier entrera en vigueur en janvier. Doté d’un fonds de près de deux millions de dollars, il servira à subventionner de nouveaux projets d’affaire.

En matière de santé, le préfet continuera à militer pour une amélioration des services dans sa région. À cet effet, une rencontre avec la nouvelle ministre de la santé, Danielle McCann, est prévue en début d’année.

«On est une région à risque au niveau de la découverture médicale. Si on avait des médecins itinérants ici, nos risques seraient de beaucoup amoindris», rappelle-t-il.

Côté tourisme, Luc Noël continuera de travailler avec le maire de l’île d’Anticosti, John Pineault, au dossier de candidature de l’île au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une rencontre avec l’équipe du premier ministre François Legault est prévue le 8 janvier à Québec pour discuter du sujet.

La création d’un parc ou d’une aire protégée est aussi envisagée pour la rivière Magpie. Il pourrait s’agir d’un parc fédéral, provincial, régional ou même innu.

«[Le comité technique formé en 2018] va faire une réflexion, de la recherche et nous amener des propositions», indique-t-il.

Les séances publiques du conseil de la MRC commenceront à être diffusées en direct sur le web au courant de l’année.

Havre-Saint-Pierre

La municipalité de Havre-Saint-Pierre continuera de travailler au développement du projet de pisciculture de saumon en eau salée de la compagnie Atlantic Sapphire.

«C’est le gros projet municipal qu’on va essayer de pousser. On espère que ça va peut-être aboutir en 2019 ou 2020», dit Pierre Cormier.

Le maire envisage également de développer le camping municipal. Un promoteur a approché la municipalité à cet effet en 2018. Il exclut toutefois de se départir du fonds de terrain.

«On a entamé des discussions avec lui. On va voir où il va aller avec son projet», indique-t-il.

Austérité budgétaire oblige, la municipalité mettra la pédale douce sur les dépenses après la fin de la construction de la piscine et du garage municipal.

«Il y a eu beaucoup d’infrastructures qui ont été faites au Havre. Aujourd’hui, il faut passer à la caisse et payer les factures. Les projets, pour le moment, c’est de rationaliser et de réorganiser.»

Basse-Côte-Nord

La réfection des quais fédéraux de La Romaine et de Saint-Augustin figure parmi les priorités du préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones.

«Le quai de Saint-Augustin, c’est une vraie honte», décrit-il.

Il entend suivre de près le dossier de projet hydroélectrique sur la rivière Petit Mécatina, pour lequel le premier ministre provincial François Legault ne cache pas son intérêt.

Cette rivière de 545 km se jette dans le golfe du Saint-Laurent près des villages de Chevery et de Tête-à-la-Baleine. Le projet pourrait servir de catalyseur au prolongement de la route 138 et créer de nombreux emplois suite à la fin du chantier de la rivière Romaine en 2021.

«On va suivre ça de très près. Je veux que ce soit un projet de la Côte-Nord», prévient Randy Jones.

Du côté de Bonne-Espérance, un projet de coopérative de serre agricole est en développement. Une telle serre est en opération depuis environ cinq ans à La Tabatière.

«Ils ont des gros projets de présentés, mais ils n’ont pas eu de réponse des gouvernements encore», explique M. Jones.

L’année 2019 verra aussi la fin du déménagement à Blanc-Sablon de la Commission scolaire du Littoral. Les bureaux administratifs sont présentement situés à Sept-Îles.

Partager cet article