Les clients de bars devront rester assis et pourraient avoir à s’enregistrer à l’entrée

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Les clients de bars devront rester assis et pourraient avoir à s’enregistrer à l’entrée
Pixabay

La Santé publique a dévoilé ses nouvelles mesures pour encadrer l’activité des bars de la province. De nouvelles règles et une hausse de la présence policière dans ses milieux de proximité.  

D’abord, les clients devront quitter l’établissement avant 1h du matin, au lieu de 3h. La « dernière tournée », ou « last call », se fera à minuit. Au-delà de cette heure, les tenanciers de bars ne pourront pas vendre de boissons alcoolisées à leurs clients.

Ensuite, les pistes de danse doivent être fermées. Les clients devront rester assis au même siège pour toute la durée de leur soirée.

Finalement, la distanciation sera facilitée avec une nouvelle obligation. Les propriétaires devront limiter le nombre de personnes à 50% de leur capacité légale fixée par leur permis.

La présence d’un registre qui enregistre les noms et coordonnées des clients est envisagée. Il n’est pas obligatoire pour l’instant et ne fait pas partie du décret du 9 juillet. Toutefois, des propriétaires de bars ont toutefois soutenu qu’ils allaient appliquer la mesure dans leur établissement et ont bien accueilli l’idée, selon Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux. Un tel registre serait un outil efficace pour la Santé publique à des fins d’enquête épidémiologique.

Ce dernier a avoué que de fermer les bars aurait été plus facile pour la fonction publique de la province. Avec la hausse récente des cas, le ministre a réitéré ses inquiétudes, mais a insisté sur le compromis qui existe entre la réalité d’affaires des tenanciers d’établissements et la Santé publique. Si la situation de propagation de COVID-19 ne se calme pas, la prochaine étape, sera de fermer les bars.

« La décision aurait été plus facile de fermer les bars. Mais là, ce n’est pas ça que l’on fait. On prend le choix de trouver une façon de travailler ensemble. On a trouvé un compromis correct et on se fie à l’intelligence des gens », a-t-il déclaré devant les auditeurs du point de presse du 9 juillet.

Le bilan de la province a augmenté de 130 cas. La semaine dernière, l’augmentation quotidienne était de l’ordre de la soixantaine. À la lumière de ces chiffres, il a rappelé que la pandémie n’est pas finie, et que ceux qui se relâchent font une grave erreur ».

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de