L’école Louis-Garnier ferme ses portes pour l’année

Photo de Nicolas Dupont
Par Nicolas Dupont
L’école Louis-Garnier ferme ses portes pour l’année
La municipalité de Rivière-au-Tonnerre a entrepris des démarches afin de déménager ses bureaux dans les locaux vacants de l’école

12Les cours seront suspendus cette année à l’école Louis-Garnier de Rivière-au-Tonnerre. Tous les élèves de l’ouest de la Minganie iront désormais à Saint-François-d’Assise à Longue-Pointe-de-Mingan.

Pour la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord, cette décision s’est imposée d’elle-même. Il n’y avait plus qu’un enfant inscrit à l’école Louis-Garnier cette année. L’an passé, quatre élèves la fréquentaient.

« Après discussion avec les parents, ils ont décidé d’inscrire leur enfant à Saint-François-d’Assise pour cette année. Je crois que les parents ont pris cette décision pour la qualité des services. Les élèves étaient tout seuls de leur niveau. Maintenant, ils tombent dans des groupes de 12 à 16 élèves. Il y a beaucoup de compétences qui se développent par la socialisation avec les pairs », mentionne le directeur de la Commission scolaire, Mario Cyr.

L’école Louis-Garnier ne sera cependant pas fermée définitivement. La Commis-sion scolaire garde la porte ouverte à une réouverture si jamais les parents décidaient de réinscrire leurs enfants à Rivière-au-Tonnerre.

C’est donc l’ensemble des élèves de niveau primaire de l’ouest de la Côte-Nord qui se retrouvent maintenant à l’école Saint-François-d’Assise. Celle-ci compte 77 jeunes cette année.

La fermeture temporaire ne semble pas inquiéter la mairesse de Rivière-au-Tonnerre, Lorenza Beaudin. « Si éventuellement il y a plus d’enfants, l’école n’est pas complètement fermée. On aura la possibilité d’embaucher un professeur et de la rouvrir », affirme-t-elle.

Pour Mme Beaudin, l’enjeu est d’abord la création d’emplois dans la municipalité afin d’y attirer des familles.

« Ça ne date pas d’hier, on n’a pas beaucoup d’emplois dans le village. Alors les jeunes quittent après leurs études pour aller travailler ailleurs et ne reviennent pas. C’est une roue qui tourne », souligne-t-elle.

Actuellement, la municipalité a entrepris des démarches auprès de la Commission scolaire afin de déménager ses bureaux dans les locaux vacants de l’école. Ce déménagement n’empêcherait pas une éventuelle réouverture des classes.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de