Le territoire d’Anticosti pourrait être protégé intégralement

Photo de Nicolas Dupont
Par Nicolas Dupont
Le territoire d’Anticosti pourrait être protégé intégralement
L'ajout du statut d'aire protégée d'utilisation durable permettrait d'assurer la protection intégrale de l'île d'Anticosti.

Le ministre de l’Environnement, Benoît Charrette, a déposé aujourd’hui un projet de loi qui pourrait protéger l’intégralité du territoire d’Anticosti. Deux nouveaux statuts de protection seront créés: la réserve marine et l’aire protégée d’utilisation durable.

« Le projet de loi déposé aujourd’hui vient démontrer à quel point notre gouvernement est déterminé à augmenter rapidement les superficies d’aires protégées sur le territoire québécois. Non seulement nous comptons mettre les bouchées doubles pour atteindre les cibles internationales que le Québec s’est fixées pour 2020, mais nous voulons nous préparer pour l’atteinte des cibles encore plus ambitieuses qui suivront. Nous souhaitons également protéger davantage l’île d’Anticosti, véritable joyau naturel et historique dont le patrimoine géologique et paléontologique recèle une valeur exceptionnelle », a affirmé le ministre Charrette.

Intitulée loi modifiant la Loi sur la conservation du patrimoine naturel et d’autres dispositions, le projet vise à doter le Québec d’outils efficaces et mieux adaptés à la réalité d’aujourd’hui. Il a également comme objectif d’alléger et d’accélérer les processus menant à la création d’une aire protégée.

L’ajout du statut d’aire protégée d’utilisation durable permettrait d’assurer la protection intégrale de l’île d’Anticosti. Ce nouveau statut, déjà fort répandu ailleurs au Canada, permettrait l’harmonisation entre certaines activités économiques durables, le développement social et la protection de la biodiversité.

En 2010, le gouvernement du Québec s’était fixé comme cible de protéger 17 % de son territoire continental ainsi que 10 % de son milieu marin correspondant à l’estuaire et au golfe du Saint-Laurent avant la fin de 2020.

Or, le réseau d’aires protégées s’étend présentement sur 10,03 % du territoire québécois. Plus précisément, la protection des milieux terrestres et d’eau douce ne couvre que 10,68 % du territoire, alors que 1,35 % du milieu marin fait l’objet de mesures de protection.

« La Municipalité se réjouit de la décision du gouvernement de modifier la Loi sur la conservation du patrimoine naturel, ce qui permettra de protéger le milieu de vie des Anticostiens et Anticostiennes. Le statut d’aire protégée d’utilisation durable envisagé par le gouvernement est une étape essentielle en vue d’inscrire l’île sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO », a affirmé John Pineault, maire de la Municipalité de l’Île-d’Anticosti.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de