Le Husky football devra attendre pour son premier match

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Le Husky football devra attendre pour son premier match
Les joueurs de l’édition 2020-2021 du Husky juvénile football de l’école Jean-du-Nord/Manikoutai de Sept-Îles voudront poursuivre le travail accompli par les équipes antérieures, comme celle de l’an passé (photo). Photo archives Anne-Sophie Guay

Le Husky juvénile football de l’écoleJean-du-Nord/Manikoutai de Sept-Îles devait disputer son premier match du calendrier automnal 2020 le samedi 17 octobre à Chicoutimi. Le passage du Saguenay-Lac-Saint-Jean au palier orange vient de changer les plans.

Ce changement au système d’alerte et de mesures liées à la COVID-19 fait en sorte que la formation septilienne de l’entraîneur-chef Danny Leclerc ne pourra se rendre affronter les Cyclones de l’école secondaire Charles-Gravel sur son terrain. « C’est une décision normale d’école et du Centre de services scolaire du Fer », a-t-il laissé savoir au Nord-Côtier en après-midi du 13 octobre.

Danny Leclerc devrait en savoir plus dans les prochains jours pour la suite des choses. La deuxième partie du Husky est prévu, encore pour le moment, le 31 octobre. « On y va une semaine à la fois pour le moment », a-t-il mentionné, ajoutant que la saison pour les deux catégories (benjamin et juvénile) pourrait se dérouler au printemps, à moins d’autres scénario.


Voici l’article rédigé en prévision de ce match du 17 octobre et de la saison automnale du Husky juvénile football de l’école Jean-du-Nord/Manikoutai avant que cette nouvelle tombe (texte du haut).

Les joueurs de football du Husky juvénile de l’école Jean-du-Nord/Manikoutai de Sept-Îles figurent parmi les rares dans la province, au niveau scolaire, à pouvoir se lancer dans une saison. S’il n’y a pas de changements dans les prochains jours, la troupe de l’entraîneur-chef Danny Leclerc se rendra au Saguenay ce samedi 17 octobre pour y affronter les Cyclones de l’école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi.

« On est parmi les seuls au Québec qui ont le loisir de penser qu’on peut avoir une saison. Ça tombe partout ailleurs », a mentionné l’entraîneur, qui occupe aussi le chapeau de coordonnateur du programme.

La reprise du sport scolaire pour les porte-couleurs du Husky se veut aussi un aspect raccrocheur à l’école, une source de motivation, même s’ils ne trouvent pas la situation simple avec toutes les mesures en place. Ils comprennent qu’ils sont choyés d’être sur le terrain.

Danny Leclerc a souligné que les joueurs étaient intenses à l’entraînement. « Il y a une bonne qualité de pratiques. Les jeunes sont intéressés à jouer ».

Profiter et gagner

Le Husky retrouvera donc ses rivaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour quatre parties en l’espace de cinq semaines.
Coach Leclerc a fait savoir que ses joueurs étaient conscients de pouvoir jouer, de profiter de leur sport, mais ils sont aussi motivés à vouloir gagner, à poursuivre leur développement.

« Ils pourront jouer contre d’autres formations. Ce ne sera pas des matchs intraéquipe. Ils veulent aller au bout des possibilités, de leur potentiel. Ils veulent assurer la continuité des deux dernières saisons (équipes championnes de la ligue). Ceux qui ont vécu la victoire veulent transmettre ça aux plus jeunes », a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires