Le Graffiti attend le retour des Raton Lover

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Le Graffiti attend le retour des Raton Lover
Les Raton Lover s’empareront de la scène du Graffti de Port-Cartier, ce samedi 28 juillet.

Les mystérieux Raton Lover reviennent au Graffiti samedi pour présenter leur spectacle rock.

Le groupe n’en sera pas à ses premières armes sur la Côte-Nord. Il a déjà offert des prestations à Sept-Îles, à Port-Cartier et à Baie-Comeau. Il s’agira d’une deuxième visite au Graffiti pour les Raton, eux qui y ont joué en 2015 avec Whiskey Legs dans le cadre d’une tournée du ROSEQ.

Simon Lachance, chanteur, guitariste et leader du groupe, a hâte de retourner à cet «endroit magnifique» où il avait «vraiment tripé». Il souhaite que cette visite estivale se termine par un feu sur le bord de la grève après le spectacle.

Lui et son groupe terminent présentement la tournée de leur deuxième album, Le sens du vent. Ils ont déjà fait plus de 100 représentations de leur spectacle rock en presque deux ans. Il décrit l’avantage de jouer dans un spectacle ultra rodé.

«Tout est tellement rodé, tout est tellement prêt, qu’après ça tu peux t’amuser à changer des choses et éclater les formes un peu plus», expose-t-il.

Sans prétention

Le chanteur dévoile ne pas avoir d’attente spécifique quant à l’assistance lorsqu’il va faire un spectacle.

«On n’a pas d’attente. On sait qu’on n’est pas un gros nom, qu’on n’est pas connu encore. À la base, pour aller voir un band émergent comme nous autres, ça prend une curiosité, ça prend une certaine audace d’aller essayer de nouvelles affaires et d’essayer. »

Ça ne l’empêche pas d’être agréablement surpris de la demande pour le spectacle avec le ROSEQ et les festivals. La formation musicale revient d’ailleurs de quatre spectacles en Gaspésie où elle dit avoir eu de bonnes foules.

Il invite les Port-Cartois à venir les découvrir. Il a confiance que les gens aimeront leur musique, sans néanmoins avoir la prétention de pouvoir le garantir.

«On met beaucoup de cœur dans ce qu’on fait, et en général, les gens repartent contents», confie-t-il.

Rock seventies

Le spectacle des Raton Lover est un mélange des chansons de leurs deux albums ainsi que de quelques nouvelles compositions. Simon Lachance indique que le spectacle est très «rock seventies», comparativement au son folk-rock des albums.

Lui et ses comparses multi-instrumentistes s’amusent sur scène à s’échanger les instruments entre – et parfois même pendant – les chansons.

«Ça change le son d’une toune à l’autre. On se gâte, la scène, c’est un terrain de jeu, et on s’amuse avec ça au maximum. On aime bien créer des ambiances musicales pendant les changements», dit-il.

Projet Raton

Les Raton Lover sont nés à Québec en 2014 de l’union de cinq musiciens. Trois d’entre eux se connaissaient et jouaient déjà ensemble depuis environ huit ans. Ils ont tous fait du groupe leur projet principal, tout en continuant de participer à d’autres projets à gauche et à droite.

«C’est vraiment notre création et nos affaires. Et c’est vraiment un band. C’est vraiment une énergie de clan. On est cinq à vraiment prendre part à ce qui se passe. Quand on décide d’ouvrir la machine, on se connaît!» souligne-t-il.

Le groupe s’attèlera d’ailleurs à la production de son troisième album cet automne, à la fin de la saison des festivals.

«On travaille déjà là-dessus tranquillement. Mais on va se concentrer vraiment là-dessus à partir de cet automne», révèle Lachance.

Partager cet article