Le Diamant souhaite le plaisir, malgré la nouvelle réalité pour les bars

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Le Diamant souhaite le plaisir, malgré la nouvelle réalité pour les bars
Le plaisir ne manquera pas au Diamant de Sept-Îles, malgré les nouvelles mesures imposées aux tenanciers de bars par le gouvernement. L'établissement pourra accueillir un peu plus de 100 personnes au maximum.

La réalité des bars deviendra différente dès ce soir (10 juillet) au Québec alors que les établissements devront fermer à 1h du matin et que le « last call » se fera à minuit. Paroles de Lenka Vaillancourt, propriétaire du Diamant à Sept-Îles, le plaisir sera au rendez-vous, même sans piste de danse pour se déhancher.

« On ne pourra pas danser, mais on pourra avoir du plaisir et prendre un verre. L’ambiance sera là  et on pourra écouter de la bonne musique », lance Lenka.

Le Diamant est notamment reconnu pour sa vocation d’endroit où on peut sortir pour danser en ville. Mme Vaillancourt mentionne que les gens devront revoir leurs habitudes de sorties avec les nouvelles heures imposées. « En région, les gens sortent plus tard. Ils devront changer leurs habitudes, venir prendre un verre plus tôt et continuer de faire la fête ailleurs après. »

Lenka Vaillancourt, propriétaire du Diamant en compagnie de Ian Hamilton, peut compter sur l’aide de ses employés pour s’adapter à la situation. Elle considère qu’il est trop tôt pour avoir peur pour l’avenir. « Pour l’instant, c’est au jour le jour. On écoute ce que nos employés nous disent ». Elle a mentionné que la réponse a été excellente mercredi au lendemain de la réouverture de son établissement.

Les adeptes de karaoké continueront d’y trouver leur compte les jeudis et vendredis en soirée. Le Diamant ouvre ses portes le matin à 8h, question d’accueillir les habitués des machines à jeux et ceux qui travaillent de nuit. « Il y en a qui viennent juste prendre un café et jaser avec notre Brigitte », mentionne-t-elle.

S’adapter aux nouvelles mesures

Quelques jours après la réouverture, les tenanciers de bars doivent s’adapter aux nouvelles mesures annoncées par le gouvernement le 9 juillet.

Mme Vaillancourt aurait aimé que les tenanciers de bars aient le temps de démontrer leur bon vouloir avant de se faire imposer des règles supplémentaires, eux qui ont été les premiers à devoir fermer leurs portes et les derniers à les rouvrir.

Les clients devront rester assis alors que les bars pourront accueillir que 50 % de leur capacité et la fermeture se fera plus tôt. Ils devront aussi tenir un registre des clients en cas d’éclosion de la COVID-19.

« Il faut que ce soit de courte durée, sinon il faudra innover, se différencier dans la légalité, sans perdre notre vocation. On va s’ajuster avec le temps ».

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de