Le Déjeuner du Printemps revient avec une nouvelle formule

Photo de Jean-Christophe Beaulieu
Par Jean-Christophe Beaulieu
Le Déjeuner du Printemps revient avec une nouvelle formule
Des restaurateurs, clubs sociaux et partenaires attendent la population pour le retour du «Déjeuner du printemps» de Transit Sept-Îles de ce dimanche 24 mars.

Transit Sept-Îles s’est mis en mode solution pour la 15e édition du «Déjeuner du Printemps». Devant l’impossibilité de renouveler l’événement à l’école Manikoutai, le déjeuner sera plutôt offert chez une dizaine de restaurateurs et clubs sociaux. Les gens pourront décider où ils veulent aller pour soutenir la cause le 24 mars prochain.

Le fameux Déjeuner du Printemps, au profit de Transit Sept-Îles, est de retour. L’année dernière, l’organisme s’était vu forcé d’annuler l’événement suite à un problème avec l’école Manikoutai, où se déroulait le traditionnel déjeuner depuis plusieurs années. Pour que ce rendez-vous persiste, le comité organisateur a dû innover et voir les choses autrement.

Ainsi, pour l’édition du 24 mars, les Septiliens auront le choix entre plusieurs restaurateurs locaux. Le Clickafé, le Fin Renard, Mikes, le A&W, le Restaurant de l’Hôtel Sept-Îles, le 560, le Resto Bar l’Ambiance, le St-Hubert et Toi, Moi Café offriront le quinzième Déjeuner du Printemps, entre 8h et 15h. Les gens pourront aussi se diriger vers les locaux des Chevaliers de Colomb et des Mooses pour déjeuner.

Le directeur de Transit Sept-Îles, Doris Nadeau, affirme qu’il a dû trouver une solution rapidement au manque de local.

«Au Transit, on doit toujours se mettre en mode solution pour les gens que l’on accueille, donc on est habitué à se virer de bord rapidement», affirme-t-il.

Restaurateurs unis pour la cause

Le milieu de la restauration, hautement compétitif, se voit en quelque sorte rassemblé par l’initiative du Transit. M. Nadeau dit avoir désormais la «conscience tranquille» en fonctionnant ainsi.

«J’avais toujours une petite voix en moi qui me disait à chaque qu’on faisait l’évènement qu’il y a peut-être des gens qui ne vont pas déjeuner au restaurant parce qu’ils viennent ici. On enlevait le pain de la bouche aux restaurateurs. Maintenant, je ne me sentirai plus mal, parce que les gens vont pouvoir aller déjeuner dans le resto de leur choix».

En plus des tirelires à l’image de la Maison Rotary du Transit installées dans chacun des restaurants participants, ces derniers choisiront la forme du don qu’ils feront à l’organisme.

Depuis 2004, le «Déjeuner du Printemps» permet à des centaines de gens de soutenir Transit Sept-Îles, un organisme communautaire qui prend soin de l’itinérance sur la Côte-Nord. C’est aussi «fêter le printemps, pour des gens qui ne verront peut-être jamais le leur arriver», rappelle Doris Nadeau.

Partager cet article